Le bistouri du futur reconnaît les tumeurs

Grâce à ce bistouri "intelligent", les chirurgiens peuvent en quelques secondes différencier une tumeur cancéreuse des tissus sains. L'invention est actuellement testée dans plusieurs hôpitaux à Londres et les résultats sont prometteurs.

Benjamin Batard
Rédigé le
Le bistouri du futur reconnaît les tumeurs

À première vue, cela ressemble à un bistouri électrique tout ce qu'il y a de plus classique. En apparence seulement. Car cet outil baptisé iKnife est en réalité un bistouri "intelligent", capable de différencier en un temps record les tumeurs cancéreuses des tissus sains.

Analyse de la fumée

En pratique, il se compose de deux parties. D'un côté, un bistouri électrique habituellement utilisé par les chirurgiens pour pratiquer l'ablation d'une tumeur. En produisant un petit courant électrique, le bistouri va cautériser les tissus et éviter ainsi les saignements au moment de l'incision de la peau. Ce geste produit un petit dégagement de fumée.

L'invention se situe dans la seconde partie du bistouri. Son concepteur, le Dr Zoltan Takats, a eu l'idée d'analyser la fumée qui se dégage pour obtenir de précieuses informations sur la nature des tissus incisés. La fumée est piégée dans un petit tube relié au bistouri avant d'être analysée chimiquement grâce à un spectromètre de masse. On peut alors déterminer la "signature chimique" de la fumée et la comparer à une base de données de près de 3.000 échantillons. En moins de 3 secondes, le chirurgien peut savoir si le tissu qu'il est en train d'inciser est sain ou cancéreux.

Près de 100% d'efficacité

Car, en temps normal, même les chirurgiens les plus expérimentés ne sont pas toujours en mesure de savoir s'ils ont enlevé la totalité de la tumeur cancéreuse quand ils opèrent. Avant l'intervention, ils ont recours à l'imagerie médicale (au scanner notamment) pour définir la zone à opérer. En cours d'intervention, ils peuvent aussi envoyer un échantillon au laboratoire pour savoir si le tissu prélevé est sain ou cancéreux. Mais il faut souvent attendre 20 à 30 minutes avant d'obtenir les résultats.

Avec ce bistouri du futur, les bénéfices attendus sont nombreux : réduction du nombre d'opérations pour un même patient, diminution de la taille des cicatrices et amélioration du pronostic.

Une étude réalisée sur 91 patients opérés pour un cancer et publiée dans la revue Science Transnational Medecine a montré que le bistouri intelligent avait une efficacité proche des 100%. L'outil est déjà testé dans trois hôpitaux à Londres dans le cadre d'une étude à plus large échelle. Si les résultats sont satisfaisants, son utilisation pourrait se généraliser dans deux ou trois ans.

En savoir plus

Ailleurs sur le web :

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !