Téléphones portables et risques de cancers : une étude qui rassure

Le mobile n’entraîne pas de cancer du système nerveux central d’après la plus grande étude jamais réalisée sur les liens entre téléphone portable et cancer. Le British Medical Journal (BMJ) a annoncé la bonne nouvelle sur son site aujourd’hui.

Rédigé le , mis à jour le

Téléphones portables et risques de cancers : une étude qui rassure
Téléphones portables et risques de cancers : une étude qui rassure

Cette très large étude danoise a été conduite sur plus de 350 000 personnes, sur une période de 18 ans. Pourtant elle va à l’encontre de l’avis des experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui avaient estimé en mai 2011 que le portable était "peut-être cancérigène pour l’homme". Toutes les études précédentes sur le sujet montraient également un risque accru de tumeurs du cerveau. Les gliomes représentent la majorité des tumeurs du cerveau diagnostiquées. Ces tumeurs se développent à partir de cellules gliales qui soutiennent et nourrissent les neurones. Plus de 4 500 nouveaux cas de cancers du cerveau sont diagnostiqués chaque année en France. 

Rassurante 

Pour mener cette enquête, la Société danoise du cancer conduite par Patrizia Frei a recoupé en partie le fichier des personnes atteintes de cancer du cerveau avec celui des abonnés au téléphone portable et celui de ceux qui n'ont pas de mobile. Les conclusions ne montrent pas de différence entre les groupes des utilisateurs de mobile et des non utilisateurs. Les taux de gliomes et de méningiomes étaient similaires chez les abonnés au téléphone portable et chez les autres, avec des variations "non significatives", quel que soit le nombre d’années d’abonnement. Chez les 358 403 personnes suivies, il y a eu 10 729 tumeurs du système nerveux central, mais à peu près autant chez les utilisateurs de téléphone que chez les autres. 

Selon le Dr Robert Baan, chercheur au CIRC de l’Organisation mondiale de la santé, l’étude danoise est "rassurante même si ça ne signifie pas que l’utilisation intensive du téléphone portable est sans risques". Le Dr Baan déplore le fait que les Danois ne mentionnent "pas de contre-indications pour les très gros utilisateurs de mobile alors que toute la publication dans l’épidémiologie à ce sujet établit l’évidence d’un risque possible de cancer plus élevé pour ces derniers."

Kit mains libres et autres recommandations

En 2010, on comptait plus de 5 milliards d’utilisateurs de téléphone portable dans le monde. Sur son site, l’Institut national du cancer donne quelques recommandations aux utilisateurs de téléphone portable : "être vigilant dans les zones de mauvaise réception car pour maintenir constante la qualité de transmission le téléphone ajuste automatiquement sa puissance d'émission et donc le niveau d'exposition ; éviter de téléphoner en se déplaçant car il élève la puissance d’émission au maximum à chaque fois qu’il doit rechercher un nouveau relais, et utiliser un kit mains libres pour limiter l’exposition de la tête aux radiofréquences."

Source : "Use of mobile phones and risk of brain tumours: update of Danish cohort study", British Medical Journal, 20 octobre 2011.

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Dans les médias :

Et aussi :

  • Institut national du cancer
    Quelles sont les ondes utilisées pour le téléphone mobile ? Est-ce que ces ondes sont nocives ? Est-ce que l'on sait si le téléphone mobile expose à certains cancers ? Est-ce que les enfants seraient plus sensibles aux radiofréquences ? Quelles sont les précautions et recommandations concernant l'utilisation du téléphone portable ? Vous trouverez sur le site toutes les réponses à ces questions ainsi que des documents à télécharger et des liens utiles.