Pourquoi a-t-on plus de nausées à l'arrière d'une voiture qu'à l'avant ?

Pourquoi a-t-on plus de nausées à l'arrière d'une voiture qu'à l'avant ?

Rédigé le , mis à jour le

Pourquoi a-t-on plus de nausées à l'arrière d'une voiture qu'à l'avant ?

Les réponses avec le Pr. Michel Kossowski, ORL à l'hôpital d'instruction des armées de Percy (92) :

"On a plus de nausées à l'arrière d'une voiture car on n'a pas du tout le même panorama. Quand on est à l'arrière de la voiture, notre panorama se limite aux sièges des parents qui sont devant et à un bout de pare-brise devant. Notre vision centrale, c'est-à-dire ce que l'on voit de façon précise nous donne une impression de fixité et d'absence de mouvement.

"Notre vision périphérique avec les vitres sur le côté nous donne le défilement du paysage. Par la vision centrale, on a donc une impression d'absence de mouvement alors que la vision périphérique nous donne au contraire une impression de mouvement. On est donc face à un incompris sensoriel. Le cerveau ne comprend plus.

"Pour les avions, les pilotes et co-pilotes sont actifs. Un conducteur n'est en principe pas malade. Le fait de pouvoir contrôler les choses permet d'anticiper. Du coup cela permet de savoir dans quelle configuration on va se trouver et on n'est pas malade. Mais quand on est passager, on subit. Et quand on subit, on est balloté à droite, à gauche... Cela nous oblige à des réflexes de posture qui vont demander un effort. Cet effort va contribuer à entraîner les situations de cinétose."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

* Les réponses avec le Pr. Michel Kossowski, ORL à l'hôpital d'instruction des armées de Percy (92)

Sponsorisé par Ligatus