Les consommateurs de fruits à coques vivent plus longtemps

La consommation de noix, noisettes et autres graines, est associée à la diminution du risque d'apparition de nombreuses maladies, notamment cardiovasculaires. Si ces divers bénéfices se cumulent, aucune étude de grande envergure n'avait jusqu'à présent évalué le gain global quant à l'allongement de l'espérance de vie. L'analyse du dossier médical de plus de 118.000 hommes et femmes, suivis durant plus de vingt ans, confirme les bienfaits de ces fruits à coques dans l'allongement général de la durée de vie.

Rédigé le

Les consommateurs de fruits à coques vivent plus longtemps
Les consommateurs de fruits à coques vivent plus longtemps

Les fruits à coques sont des aliments riches en acides gras insaturés, fibres, vitamines, minéraux ou différents antioxydants.

De nombreuses études ont suggéré que la consommation de ces aliments - dans le cadre de régimes faibles en lipides - réduirait les risques de survenue de nombreuses maladies et pathologies : maladies coronaires, diabète de type 2, cancer du côlon, hypertension, diverticulose, calculs biliaires, maladies associées au stress oxydatif (vieillissement cellulaire), inflammations, hyperglycémie, résistance à l'insuline...

Des chercheurs britanniques ont récemment cherché à évaluer les bénéfices cumulés d'une alimentation incorporant des fruits à coques sur la durée de vie. Ils ont publié le 21 novembre 2013 l'analyse, très complète, de données issues du suivi de 76.464 femmes sur trente ans et de 42.498 hommes sur vingt-quatre ans.

Le profil particulier des amateurs de fruits à coques

Pour statuer sur les bienfaits propres de ces aliments, les scientifiques ont dû prendre en compte de très nombreux paramètres dans leurs calculs. Ils ont en effet constaté que les consommateurs réguliers de noix, noisettes et autres amandes sont généralement plus maigres, plus sportifs, moins susceptibles de fumer, et consomment plus de fruits, de légumes et suppléments vitaminiques que le reste de la population... (1)

Au vu de la multiplicité des paramètres à isoler, et en dépit de l'échantillon de population considéré, les résultats publiés restent assez spéculatifs. (2)

Quelques grandes tendances émergent toutefois de travaux des chercheurs. Ainsi, par rapport aux personnes qui ne mangent pas de fruits à coques, "ceux qui en consomment sept fois ou plus par semaine présenteraient un taux de mortalité inférieur de 20%", toutes causes de décès confondues.

Les scientifiques ont plus spécifiquement observé une réduction des risques de décès associés aux maladies cardiaques (de -10 à -30%) et, avec une marge d’incertitude tolérable, aux cancers (-10%), aux maladies respiratoires (-10%) et aux maladies rénales (-30%)

La consommation de ces noix, pistaches et autres cacahuètes ne semble en revanche pas avoir d'effets mesurables sur la mortalité associée aux maladies neuro-dégénératives, aux attaques cardiaques ou au diabète.

Des arachides pour les reins

Les données traitées par les chercheurs différenciaient la consommation de cacahuètes de l'immense variété des autres "noix" (noix, amandes, noix du Brésil, noix de cajou, châtaignes, noisettes, noix de macadamia, noix de pécan et pistaches).

Les scientifiques ont ainsi pu constater que la consommation d'arachides n'a pas d’effet notable en terme de réduction de mortalité associée aux cancers. En revanche, elle serait plus bénéfique que celle des autres noix lorsqu'on envisage les décès liés aux maladies rénales ou aux affections respiratoires.

 

(1) Néanmoins, ils boivent généralement plus d'alcool. Ah, les cacahuètes en apéritif…!
(2) Pour les auteurs de cette étude, il n'est d'ailleurs pas possible de conclure de façon certaine à l'existence d'un lien de cause à effet direct entre consommation de fruits à coques et mortalité. Leurs qualités nutritionnelles rendent néanmoins cette association très plausible.


Source : Association of Nut Consumption with Total and Cause-Specific Mortality. Charles S. Fuchs et al. N Engl J Med, nov 2013; doi: 10.1056/NEJMoa1307352


En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :