Le développement de l'enfant dépend aussi du lien avec le père

On parle souvent du lien maternel, mais qu'en est-il de la place du père dans le développement de l'enfant ? La relation d'un père avec son bébé dans les premiers mois de sa vie a une influence sur le comportement de l'enfant à l'âge de un an, selon une étude de l'université d'Oxford, publiée le 19 juillet 2012, dans la revue Journal of Psychology and Psychiatry.

Rédigé le

Le développement de l'enfant dépend aussi du lien avec le père
Le développement de l'enfant dépend aussi du lien avec le père

L'étude a été menée sur 192 familles britanniques recrutées dans deux maternités différentes. Les chercheurs se sont entretenus avec les participants à deux reprises, lorsque l'enfant était âgé de 3 mois et à son premier anniversaire.

Ils ont remarqué que des troubles du comportement étaient plus nombreux dans les familles où le père était distant avec son enfant et lorsqu'il y avait moins de contact physique entre eux. Dans ces familles les enfants étaient plus agressifs, s'opposaient plus à l'autorité ou étaient hyperactifs.

Les chercheurs n'ont cependant pas encore identifié le mécanisme qui entraîne ces troubles et ils ont formulé de nombreuses hypothèses. Parmi elles, le manque d'implication du père dans les soins apportés à l'enfant, s'il se met à l'écart intentionnellement ou s'il ne trouve pas sa place, peut avoir des conséquences sur le développement de l'enfant. De même, selon Marie-Françoise Debourdeau, psychologue responsable du service écoute famille de l'Unafam (Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques), s'il y a de la frustration dans un couple qui n'arrive pas à retrouver son harmonie après une naissance, on peut supposer que l'agressivité ou les troubles d'un enfant seraient l'expression d'une éventuelle culpabilité inconsciente de l'enfant.

L'étude a également montré que les garçons étaient plus sensibles au manque d'implication de leur père. D'après les chercheurs, l'impact de l'environnement est très important pour le développement dans les premiers mois de la vie, d'autant plus que les petits garçons ont besoin de s'identifier à leur père. On peut imaginer que l'absence d'un père ou le manque d'intérêt qu'il porte à son enfant peut impliquer des troubles comportementaux comme ceux décrits dans l'étude.

De plus, selon Marie-Françoise Debourdeau, "la relation du père avec l'enfant est souvent plus physique, les mouvements sont plus rapides dans l'espace que ceux de la mère. On peut imaginer que ces échanges ont un lien avec le comportement des enfants." Si les petits garçons sont très sensibles à ce type de contacts et de mouvement, on peut supposer que leur manque pourrait entraîner une frustration ou un conflit qui s'extériorise par des troubles du comportement.

Même si les chercheurs de l'Université d'Oxford n'ont pas encore décelé quels mécanismes sont à l'origine de ces troubles, ils apportent une nouvelle preuve de l'impact du comportement relationnel des deux parents sur le développement précoce d'un enfant.

Source : "Do early father–infant interactions predict the onset of externalising behaviours in young children? Findings from a longitudinal cohort study", Journal of Psychology and Psychiatry, le 19 juillet 2012. Doi :10.1111/j.1469-7610.2012.02583.x

En savoir plus