L'eau du robinet : d'où vient-elle, combien coûte-t-elle ?

Fait-on de l'eau potable avec les eaux usées ? L'eau du robinet coûte-t-elle plus cher que le téléphone ? Peut-on laver son linge avec l'eau de pluie ? Le baromètre annuel du Centre d'Information sur l'eau (CIeau) témoigne du "capital confiance" dont bénéficie l'eau du robinet, mais de la persistance de "certaines idées fausses".

Rédigé le

Comment l'eau du robinet est-elle traitée ? (reportage du 16 mars 2012) A noter que le procédé de nanofiltration, présenté dans ce reportage, est encore peu courant. Cette technique autorise la récupération et le traitement des résidus de filtrations.

Quelque huit Français sur dix (80%), un chiffre dans la ligne des années précédentes, disent avoir "confiance" dans l'eau du robinet, selon ce nouveau baromètre CIeau/TNS-Sofres.

Les trois quarts des personnes (74%) interrogées sont en outre satisfaites de la qualité de l'eau à leur domicile et lui trouvent généralement bon goût (69%).

Mais ce baromètre confirme aussi quelques "idées fausses", estime le Centre d'information sur l'eau, association crée en 1995 par les entreprises de l'eau pour améliorer l'information du grand public et des acteurs de l'eau.

Le coût de l'eau du robinet

Sur le prix, tout d'abord : 50% des sondés estiment que leur facture d'eau est plus élevée que celle de la téléphonie. Or, les dépenses en eau d'un ménage moyen (soit 2,3 personnes selon l'Insee) s'élèvent à 426 euros par an, soit 185 euros par personne, alors que la facture moyenne annuelle d'un client d'opérateur mobile est 55% plus élevée (286 euros), selon le CIeau. Selon cet organisme, la facture d'eau représenterait 0,8% du budget d'un foyer moyen.

Le cycle des eaux usées

Selon le baromètre, seuls 54% des répondants ignorent que les eaux usées sont nettoyées avant de retourner dans le milieu naturel. Pour les logements qui bénéficient de l'assainissement collectif, ces eaux sont acheminées vers une usine de dépollution ou une station d'épuration. Dans les autres cas (souvent des habitats individuels disperses), les eaux usées sont obligatoirement déversées dans une fosse septique (ou fosses toutes eaux), puis filtrées par un dispositif souterrain, avant de retourner, là encore, dans le milieu naturel.

Par ailleurs, 47% pensent – à tort – que "le circuit est fermé", c'est-à-dire que les eaux usées sont retraitées directement en eau potable. Une pratique "totalement interdite par le ministère de la Santé", rappelle Mme Macé, responsable du CIeau.

Et l'eau de pluie ?

L'organisme met aussi en garde contre une utilisation trop large de l'eau de pluie. Comme le rappelle le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé, "l'eau de pluie est une eau non potable, car contaminée microbiologiquement (principalement lors du ruissellement de l'eau sur le toit et dans la cuve de stockage) et chimiquement (pesticides dans la pluie, métaux par ruissellement sur le toit, etc.)."

De fait, contrairement à ce qu'estiment 47% des sondés, il existe un réel risque à utiliser l'eau de pluie pour laver la vaisselle.

En fait, à l'intérieur de la maison, cette eau n'est autorisée que pour les toilettes et le lavage des sols.

"Il est permis de l'utiliser pour le lavage du linge à titre expérimental si, et seulement si, l'eau est traitée à l'aide d'un dispositif déclaré auprès de sa mairie", ajoute le CIeau.

L'eau potable naturelle

Selon le baromètre CIeau/TNS-Sofres, 70% des Français estiment que "l'eau potable existe à l'état naturel".

De l'eau sans risque pour la santé et gratuite à l'état naturel ? Cela existe, mais c'est désormais très rare, comme le rappelle le site Eaupotable.info, qui s'efforce de recenser les (quelques) points d'eau encore en libre accès autour du monde. L'eau potable est une ressource précieuse !