Hyperactivité : développement cérébral retardé

Le TDHA, ou trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité,  est le résultat d'un retard du développement cérébral. C’est ce que révèle la revue Biological Psychiatry dans une étude de la National Institutes of Health. 

Rédigé le

Hyperactivité : développement cérébral retardé
Hyperactivité : développement cérébral retardé

Cette étude américaine devrait permettre de mieux comprendre le développement de cette maladie, et de mieux traiter ces enfants qui souffrent de déficit de l’attention, d’hyperactivité et d’impulsivité, des symptômes typique du TDHA et difficiles à gérer pour les familles et à l’école.

L’étude porte sur la partie la plus externe du cerveau, la substance grise. Elle forme le cortex cérébral, une fine couche entourant le cerveau. Elle est en quelque sorte la tour de contrôle, c’est là que sont traitées les informations sensorielles. Le cortex exerce aussi des fonctions majeures tel que le langage, l’attention et la mémoire à court terme (mémoire de travail).

Toutes ces fonctions prennent naissance dans les neurones de la substance grise. Chaque neurone est formé d’un centre de commande où le message se forme, puis grâce à l’influx nerveux le message est envoyé à différentes régions du cerveau par l’intermédiaire d’un axone : un prolongement recouvert d’une substance blanche : la myéline. Dans le TDHA, l'information passe mal d’une région à l’autre, et le contrôle de certaines fonctions comme l’attention est défaillant.

L’équipe du National Institutes of Health a voulu savoir si cette défaillance, est due à un retard de développement des neurones de la substance grise ou à une déviation de leur fonction ? Pour cela, ils ont étudié deux paramètres déterminants pour évaluer la maturité du développement cérébral durant l'enfance : l’épaisseur et la surface du cortex cérébral. Il faut savoir que plus le cortex s’épaissit et s’étend au cours du développement, plus il y a de neurones et de connexions pour envoyer des messages et accomplir ses fonctions.

Grâce à des techniques d’imagerie médicale, les chercheurs ont pu cartographier le cerveau des enfants, dont les fonctions cérébrales ont été évaluées à 4 reprises entre l’âge de 10 et 17 ans. L’étude a porté sur 234 enfants atteints de TDAH ainsi que sur 231 enfants à développement normal. Elle révèle que non seulement le processus d'épaississement cortical est retardé chez les enfants atteint de TDAH, mais que le développement de la surface corticale est lui aussi retardé dans les régions frontales du cerveau chez ces enfants.

Les enfants à développement normal ont atteint 50% de la surface vers 12 ans alors que les enfants atteints de TDAH n’atteindront ce quota que vers 14 ans.

À terme, le but est de pouvoir orienter les stratégies de recherches thérapeutiques.

Source : Developpement of Cortical Surface Area and Gyrification in Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder, Biological Psychiatry, 1er août 2012. Doi: 10.1016/j.biopsych.2012.01.031

En savoir plus