Hépatite C : tous les patients sont-ils mis sous traitement après le dépistage ?

Lorsqu'on dépiste une hépatite C, tous les patients sont-ils mis immédiatement sous traitement ?

Rédigé le , mis à jour le

Hépatite C : tous les patients sont-ils mis sous traitement après le dépistage ?

Les réponses avec le Pr. Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon de Clichy :

"Non tous les patients ne sont pas mis immédiatement sous traitement. C'est le paradoxe de l'hépatite C. L'hépatite C est une maladie fréquente potentiellement mortelle puisqu'elle tue autant que les accidents de la route. Malheureusement bien qu'on ait un traitement très efficace, 70 % de guérison aujourd'hui, 100 % de guérison dans les années qui viennent, l'accès au traitement reste difficile. Il s'agit d'un traitement complexe qui se fait dans les services spécialisés. Mais on n'a pas les moyens pour traiter tous les patients qu'on devrait traiter pour des raisons de saturation, car ce sont des traitements qui nécessitent une surveillance particulière. Ce sont des traitements qui restent relativement lourds, mais qui vont se simplifier. Le paradoxe actuel, c'est qu'on peut obtenir une guérison complète de l'hépatite C mais tous les malades n'ont pas accès au traitement."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • Comment peut-on "attraper" une hépatite C ?
    L'hépatite C est-elle sexuellement transmissible ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Quels symptômes annonciateurs doivent pousser à aller consulter pour une hépatite C, notamment s'il s'agit de nourrissons ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Après une transfusion en 1984, on me dit que je suis porteur sain. Aurai-je un jour l'hépatite C ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Peut-on vivre longtemps avec une hépatite C ? Mon père a été contaminé il y a trente ans, aucun traitement n'a vraiment réussi.
    Voir la réponse en vidéo*

  • Est-il possible de traiter un enfant de 7 ans et demi qui a une charge virale évoluant de façon importante ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Pr. Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon de Clichy