Cholestérol : les analyses ?

Est-ce qu'avec l'âge on peut tolérer des taux plus importants ?

Rédigé le

Cholestérol : les analyses ?

Les réponses avec le Dr Philippe Giral, lipidologue à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière (Paris) :

"Depuis une dizaine d'années, cela a changé. Ce n'est plus les valeurs normales mais les valeurs usuelles ou valeurs de référence. Ce sont les valeurs de la population en général. La norme est individuelle. Des gens peuvent avoir 2 grammes de cholestérol ce qui peut être trop. Alors que d'autres peuvent avoir 3 grammes de cholestérol et c'est acceptable. Le travail du médecin est de détecter si il y a une hypercholestérolémie. Il faut alors l'intégrer dans un risque cardiovasculaire global. Ensuite, on fixe un objectif. À ce moment-là, la norme est individuelle.

"Les analyses permettent de dépister les personnes qui ont trop de cholestérol. Elles permettent d'aller plus loin. Il y a environ une naissance sur 500 qui donne une hypercholestérolémie familiale que l'on dit hétérozygote avec un cholestérol au double de la norme, c'est-à-dire 4 grammes. C'est une maladie qui est grave et qui donne des complications cardiovasculaires entre 40 et 50 ans chez les hommes, un peu plus tard chez les femmes. Il s'agit d'une des maladies génétiques la plus fréquente dans le monde. 

"Les recommandations disent de faire des dosages de cholestérol à partir de l'âge adulte, vers 20 ans. Si le taux est normal, il n'y a pas de raison de s'inquiéter. En revanche, si on prend du poids, si il y a un événement dans la famille, si on commence à fumer, il est nécessaire de faire un contrôle."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • La marche, pratiquée régulièrement et de façon intensive, peut-elle permettre d'éviter la prise de médicaments anti-cholestérol ?
    Voir la réponse en vidéo**
  • Quels sont les aliments à proscrire pour éviter le mauvais cholestérol ?
    Combien d'œufs par semaine peut-on manger sans risque lorsqu'on doit faire attention à son taux de cholestérol ?
    Est-il vrai que seulement un tiers de notre cholestérol vient de notre alimentation ?
    Voir la réponse en vidéo**

** Les réponses avec le Dr Philippe Giral, lipidologue à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière (Paris)

Sponsorisé par Ligatus