''Fish pedicure'' : l'Anses souhaite une réglementation

Plonger ses pieds dans un bassin grouillant de petits poissons mangeurs de peaux mortes est-il sans danger ? Saisie de cette question par la Direction générale de la santé (DGS), l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié le 25 avril 2013 ses premières conclusions. Les signataires de l'avis déplorent qu'aucune réglementation sanitaire spécifique n'encadre aujourd'hui la pratique de la "fish pédicure".

Rédigé le , mis à jour le

Mon esthéticienne a des nageoires - Reportage du 2 mars 2010

L'eau des bassins dans lesquels les amateurs de "fish pédicure" plongent tour à tour leurs pieds peut-elle être le vecteur d'infections ? Selon les travaux d'une équipe de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), au regard "de l'absence de cas d'infection documenté", le risque de transmission de maladies par le biais de l'eau ou des poissons est "probablement faible" pour la plupart des usagers. L'agence estime en revanche qu'un risque plus important existe pour les personnes immunodéprimées, diabétiques, ou présentant des lésions cutanées aux pieds.

Les inquiétudes des membres de l'Anses s'appuient sur un certain nombre d'observations. En premier lieu, le fait que l'eau des bassins ne peut pas être pleinement désinfectée, de par la présence même des petits "poissons docteurs". Par ailleurs, aucune réglementation n'impose aujourd'hui un contrôle de l'efficacité des dispositifs de traitement de l'eau. Aucune donnée n'est en outre disponible sur la qualité des eaux utilisées dans les établissements proposant ce type de soin.

L'Anses remarque par ailleurs que la pratique est susceptible d'attirer plus particulièrement "des sujets avec hyperkératose, augmentant d'une part le risque de contamination de l'eau", notant également "l'impossibilité d’identifier, avant la séance, les utilisateurs porteurs d'agents infectieux pouvant contaminer [les bassins]". Les auteurs de l'avis observent également que de nombreux cas d’infections bactériennes liées aux pratiques de l’aquariophilie et de la pédicurie "classique" sont aujourd'hui recensés.

Dans ce contexte, l'Anses recommande le développement d'une réglementation contraignante pour les établissements proposant des ateliers "fish pédicure". Une telle règlementation devra tout d'abord préciser "les procédures d'admission et d'hygiène des usagers, d'hygiène de l'établissement sous la responsabilité de personnels qualifiés". Elle devra également imposer "le contrôle et l'auto-surveillance du fonctionnement des installations, de la qualité de l'eau des bacs et de l'hygiène générale de l'établissement" et la "traçabilité des lots et le contrôle sanitaire des poissons". L'Anses estime enfin nécessaire une formation spécifique des personnels des établissements relative aux risques d'infection.

L'agence annonce qu'elle procédera dans les mois à venir à des analyses plus approfondies en vue "de caractériser le risque sanitaire" et de relever les éventuels cas d'infections liées à la fréquentation de ces établissements.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus