Vaccin anti-Covid Novavax : priorité aux Outre-mer

La mesure annoncée par le Président Macron vise à proposer une alternative aux vaccins à ARN messager dans les territoires ultramarins, où la couverture vaccinale reste faible.

Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
Vaccin anti-Covid Novavax : priorité aux Outre-mer

L'état d'urgence sanitaire a pris fin le 1er juin 2021 en France métropolitaine. Mais dans sept départements et collectivités d’outre-mer, l’état d’urgence est toujours en cours. Et pour freiner la percée de la cinquième vague dans ces territoires, le gouvernement a décidé de distribuer en priorité le Novavax, un nouveau vaccin sans ARN messager

Convaincre avec un vaccin plus classique

Autre raison à cette primeur : répondre à la résistance à la vaccination qui touche certains départements en Outre-mer. Le président Emmanuel Macron “a voulu assurer aux élus que les territoires ultramarins seront priorisés pour les livraisons du Novavax, un vaccin sans ARN messager qui peut apporter des réponses dans des départements où la vaccination a pu progresser plus lentement qu'ailleurs", a ainsi assuré l'Elysée.

Et pour cause : Novavax utilise une technologie classique, en recourant à une base de protéines recombinantes fabriquées en laboratoire pour déclencher une réponse immunitaire. Il s’agit d’un vaccin dit "sous-unitaire”, comme une partie des vaccins contre la grippe saisonnière, l’hépatite B ou la coqueluche. 
Une caractéristique qui pourrait convaincre une partie des non-vaccinés, réticents aux technologies à ARN messager ou à vecteur viral, de se faire vacciner.

Covid : où en est-on dans les traitements ?  —  Le Magazine de la Santé - France 5

A lire aussi : Renfort de soignants aux Antilles : "On a vraiment vécu l'horreur"

Concertation en cours pour le pass vaccinal

Qu'en est-il du pass vaccinal en Outre-mer ? "Si la Réunion et Mayotte sont entrés dans le schéma du pass vaccinal dès le 24 janvier à l'image de l'Hexagone, aux Antilles et en Guyane une concertation a lieu” a précisé l'Elysée. 

Enfin, pour faire face à la cinquième vague, et alors que du personnel sanitaire est déjà présent en renfort en Outre-mer, Emmanuel Macron a également "garanti aux élus que l'évolution de la situation pouvait conduire à de nouveaux renforts", selon la même source.