1. / Se soigner
  2. / Recherche

Recherche : un test sanguin pour prévenir les attaques cardiaques

Une équipe de chercheurs américains a repéré dans les prises de sang de victimes d'accidents cardiaques des cellules sanguines anormales. Cette découverte pourrait permettre la mise au point d'un test prédictif.

Rédigé le

Recherche : un test sanguin pour prévenir les attaques cardiaques
Recherche : un test sanguin pour prévenir les attaques cardiaques

Des malformations de cellules sanguines pourraient permettre de prédire les attaques cardiaques, selon une étude de chercheurs américains publiée dans le Scripps Translational Science Institute (STSI).

Selon cette étude, les victimes d'attaques cardiaques ont des cellules endothéliales (qui tapissent l'intérieur des parois du coeur et des vaisseaux) anormalement grosses et présentant des malformations, avec parfois de doubles noyaux.

De tels marqueurs pourrait permettre de faire de ces cellules des indicateurs fiables du risque d'attaque cardiaque, selon l'étude.

"La capacité de diagnostiquer l'imminence d'une attaque cardiaque est depuis longtemps considérée comme le Graal de la médecine cardiovasculaire," selon Eric Topol, principal auteur de l'étude et directeur du STSI.

L'étude a révélé que 50 patients traités en urgence pour des attaques cardiaques dans des hôpitaux de San Diego, en Californie, présentaient des cellules avec ces malformations.

Evaluer le risque

Si les facteurs de risques cardiovasculaires sont bien connus - notamment le tabagisme, l'obésité ou le cholestérol -, les médecins ne parviennent pas encore à évaluer l'imminence du risque.

"Avec des validations supplémentaires, l'espoir est de développer ce test pour un usage commercial d'ici à une ou deux années," a expliqué un des chercheurs, Raghava Gollapudi.

"Ce serait un test idéal pour déterminer si un patient est au bord d'une attaque cardiaque ou pourrait en avoir une dans les semaines à venir. Pour l'instant nous ne pouvons que déterminer si le patient est en train d'avoir ou a récemment subi une attaque cardiaque", a poursuivi le chercheur.

Pour le vice-président de la Société Française de Cardiologie, de l'hôpital européen Georges-Pompidou, c'est une découverte intéressante, mais la question principale "reste de savoir combien de temps avant l'accident cardiaque les cellules anormales sont en circulation dans le sang. Si ces cellules sont repérables quelques jours auparavant, cela pourrait permettre de prévenir les accidents cardiaques des personnes se présentant en consultation avec des symptômes, mais pour lesquels les examens classiques, type électrocardiogramme et échographie cardiaque, n'apportent pas d'informations inquiétantes."

En savoir plus

Gestes qui sauvent :

 

Sponsorisé par Ligatus