1. / Se soigner
  2. / Prévention

Hérault : décès des suites d'une hydrocution

Selon le Midi Libre, un héraultais est décédé ce week-end des suites d'une hydrocution, suite à une plongeon dans un fleuve après être resté au soleil plusieurs heures. L'hydrocution est une conséquence grave, mais évitable, de la baignade. Quels sont les effets sur l’organisme lorsque la différence entre la température du corps et celle de l’eau est trop importante ? Quels sont les facteurs de risque ? Comment se protéger de l’hydrocution ?

Rédigé le

Hérault : décès des suites d'une hydrocution
Sommaire

Qu’est-ce que l’hydrocution ?

L’hydrocution ou noyade syncopale survient lorsque qu’il y a une trop grande différence entre la température du corps et celle de l’eau.

Il s'agit d'un arrêt brutal du cœur et de la respiration en pénétrant dans l'eau, dû à la différence entre la température du corps et celle de l'eau.

En effet, la chaleur provoque une dilatation des vaisseaux sanguins. Or, le contact de la peau avec l'eau froide entraîne une contraction de ces vaisseaux. Si ce phénomène est trop brutal, il y a arrêt de la circulation cérébrale et syncope.

Peut-on se baigner après le déjeuner ?

On a longtemps déconseillé les baignades après les repas, à cause du travail de l'estomac et des intestins qui augmentait la température du corps. Le décalage avec la température de l'eau n'est pas suffisante pour augmenter le risque d'hydrocution. Après un repas normal et sans alcool, il faut faire prendre de bon sens, recommande la Croix-Rouge américaine : s'il est en quantité normale et sans alcool, il est tout à fait possible de se baigner. Il suffit d'entrer progressivement dans l'eau. Attention toutefois s'il fait extrêmement chaud, cela majore l'élévation de température du corps et donc le risque d'hydrocution.

Tout le monde est susceptible d'être victime d'hydrocution, mais les enfants et les personnes âgées ont plus de risques car ils sont plus fragiles. La fréquence de l'hydrocution est difficile à estimer, elle est souvent intriquée avec la noyade. On estime qu'il y a environ 300.000 noyades en France et 500 décès chaque année. Toutes les noyades ne sont pas dues à une hydrocution, bien sûr, mais c'est une des explications de l'autre nom de l'hydrocution : la "noyade syncopale".

Contrairement à la noyade habituelle, l'eau pénètre dans les poumons après la perte de connaissance et l'arrêt de la respiration. Cette noyade syncopale survient à cause de la grande différence de température entre la peau et l'eau. Elle se produit donc seulement dans les périodes où il fait très chaud, et rarement tôt le matin, par temps couvert ou à la fin de l'été.

De même, l'alcool est fortement déconseillé avant une baignade, car il provoque une brève dilatation des vaisseaux. Or, lorsque l'on pénètre dans l'eau froide, tout le sang est brutalement rapporté au centre de l'organisme, à cause de la vasoconstriction, la contraction des vaisseaux. 
 

Des gestes simples pour éviter l’hydrocution

Quels sont les gestes à faire pour se protéger de l’hydrocution ?

Pour éviter l'hydrocution, il faut veiller à se protéger du soleil, boire régulièrement et entrer progressivement dans l'eau, après s'être mouillé la nuque.

Il faut aussi éviter de se baigner seul ou dans des zones non surveillées, et surveiller particulièrement les enfants et les personnes âgées. Attention enfin aux baignades en piscine et aux plongeons effectués en mer depuis un bateau.

L'hydrocution n'est pas toujours brutale. Quelques signes peuvent la précéder, comme un mal de tête, une crampe, de l'angoisse ou encore des démangeaisons, des frissons ou des tremblements. Il faut donc être vigilant.

Plus étonnant, il faut savoir que même dans sa salle de bain, on n'est pas à l'abri d'une hydrocution, car le mécanisme inverse peut se produire avec un bain très chaud.

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr