1. / Se soigner

Pectus carinatum : le thorax saillant

Le pectus carinatum est une malformation thoracique qui complexe de nombreux adolescents. Il s'agit d'une bosse, une pointe au niveau du thorax, comme une carène de bateau, d'où son nom pectus carinatum. Au delà de la gêne physique, c'est surtout l'impact psychologique qui en fait une pathologie handicapante.

Rédigé le , mis à jour le

Pectus carinatum : le thorax saillant
Pectus carinatum : le thorax saillant
Sommaire

Qu'est-ce qu'un pectus carinatum ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le pectus carinatum.

Le pectus carinatum, c'est l'inverse du pectus excavatum, aussi appelé thorax en entonnoir. Une malformation courante qui forme comme un creux sur la poitrine. Le pectus carinatum, lui, est caractérisé par une bosse, une pointe au niveau du thorax.

Habituellement le sternum est un petit os plat vertical. Il est rattaché aux sept premières côtes grâce aux cartilages costaux. Avec les vertèbres du rachis, cet ensemble forme la cage thoracique qui protège le coeur et les gros vaisseaux situés derrière lui. Dans le cas d'un pectus carinatum, les cartilages costaux se développent de façon excessive et font pression sur le sternum. Ils le projettent vers l'avant allant jusqu'à déformer la cage thoracique

Le pectus carinatum est une malformation qui peut être présente à la naissance. Elle toucherait un enfant sur 2.400 mais le plus souvent, elle se développe à l'adolescence. Cette malformation thoracique concerne majoritairement les garçons et ne présente aucun danger pour le patient. Elle peut cependant entraîner des complexes et une gêne psychologique et nécessiter une prise en charge.

Corriger un pectus carinatum

Pendant longtemps, la seule solution pour redonner au torse une forme plus régulière était la chirurgie thoracique. Une chirurgie très lourde réputée douloureuse. Aujourd'hui, on a recours à une autre méthode, certes contraignante mais non invasive.

Pour corriger un pectus carinatum, les patients doivent porter un plâtre. Et chaque semaine, ils doivent se rendre à l'hôpital pour ajouter un feutre entre le plâtre et le torse. Une couche de mousse qui appuie un peu plus sur leur cage thoracique jusqu'à ce qu'elle soit enfin entièrement remodelée.

Pectus carinatum : un traitement contraignant mais efficace

Le traitement orthopédique reste un traitement contraignant pour un adolescent. Et l'étape la plus difficile à vivre, c'est le port du plâtre. Alors quand vient le moment de le retirer, il est souvent vécu comme une libération.

Pour être efficace, le traitement doit être adapté à chaque patient, en fonction de sa courbe de croissance. "Il ne faut pas intervenir trop tôt, c'est-à-dire avant l'âge de 11-12 ans, sinon on écrase le thorax et on gêne la croissance du thorax et notamment la croissance des poumons. Dans un même ordre d'idée, il ne faut pas intervenir trop tard car à partir de 16-17 ans, le thorax est rigide et le traitement est plus difficile à faire", explique le Pr Raphaël Vialle, chirurgien orthopédiste et pédiatre.

Cinq semaines de plâtre, c'est le délai moyen pour modifier la forme des côtes, des cartilages et du sternum. Mais après le retrait du plâtre, les jeunes patients doivent encore porter un corset. Une nouvelle armure que les patients doivent porter chaque nuit pendant plusieurs mois. "Le corset plastique dans les cas où la correction par le plâtre est bonne, a pour objectif de maintenir la correction de la déformation", précise le Pr Vialle, "et une fois que cette phase de stabilisation est passée, on considère que la cage thoracique est à nouveau rigide et qu'il n'y a pas de raison et de risque qu'elle se re-déforme".

Le corset une fois fabriqué, le patient peut reprendre ses activités sportives à sa guise sans aucune contre-indication médicale. Le coût du corset est pris en charge par la Sécurité sociale.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr