1. / Se soigner
  2. / Accidents
  3. / Accidents domestiques
  4. / Monoxyde de carbone

Polluants atmosphériques : le monoxyde de carbone

Qu'est ce que le monoxyde de carbone ? Quel est son effet sur la santé ? A quelles concentrations est-il dangereux ? Qui est le plus exposé ?

Rédigé le , mis à jour le

Polluants atmosphériques : le monoxyde de carbone
Polluants atmosphériques : le monoxyde de carbone
  • Quel est son effet et à quelles concentrations le monoxyde de carbone est-il dangereux ?

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore. Une fois inhalé, il pénètre dans le sang via les poumons, et se fixe sur l'hémoglobine à la place de l'oxygène. Il réduit ainsi l'oxygénation des cellules, provoquant une asphyxie.

À taux faibles, des maux de tête, des vertiges, des troubles digestifs voire des malaises peuvent survenir assez rapidement. Dans un air où la concentration de CO avoisine les 40.000 μg/m3, de légers maux de têtes mettent près de six heures à arriver. A une concentration triple, ils surviennent trois fois plus rapidement. A une concentration de 440.000 μg/m3 le CO entraîne des céphalées en moins de deux heures.

A 880.000 μg/m3, des étourdissements, des nausées et des convulsions surviennent, généralement en trois quart d'heure. Lorsque cette concentration est doublée, les symptômes surviennent en deux fois moins de temps. Cette dose est mortelle à court terme (deux heures).

En France, l'Anses a fixé des "valeurs guides de qualité d'air intérieur" qui sont de 10.000 μg·m-3, pour une exposition de 8 heures, de 30.000 μg·m-3, pour une exposition d’une heure et de 60.000 μg·m-3, pour une exposition de 30 minutes.

  • Qui respire le plus de (CO) ?

Le CO s'accumule rapidement dans la circulation routière lorsque les moteurs tournent au ralenti dans des espaces couverts (parkings, tunnels).

Selon une étude réalisée entre 2008 et 2009 par l'Observatoire régional indépendant de l'air en Midi-Pyrénées (ORAMIP), en France, les passagers d'une automobile sont exposés à une concentration moyenne de CO de 1.200 μg/m3. Un piéton brasse un air ayant une concentration de 140 μg/m3 de CO, tandis qu'un cycliste inhale un air concentré à 90 μg/m3

Dans un bus, cette concentration est de 30 μg/m3. Les quantités de CO respirées par un usager du métro sont quasiment nulles.

  • Qui le produit ?

Comme le rappelle le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, la présence de monoxyde de carbone dans l'air résulte d'une combustion incomplète (ce, quel que soit le combustible utilisé : bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane...).

Selon cette même source, les principaux secteurs émetteurs de monoxyde de carbone en 2008 sont : l'industrie manufacturière avec 36% des émissions totales, le résidentiel/tertiaire (32%) et le transport routier (20%).

VOIR AUSSI