Le casse-tête logistique des vaccins anti-Covid

Pour être efficaces, les vaccins doivent être conservés à -80°C. Comment les transporter et les stocker pour mener à bien la campagne de vaccination contre l’épidémie de Covid-19 ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Acheminer les vaccins en quelques semaines jusqu’aux patients : voilà l’immense défi du gouvernement en cette fin d’année. Après avoir promis les premières doses pour le mois de janvier, l'exécutif se trouve confronté à un casse-tête logistique. 

Principale difficulté : transporter les vaccins à très basse température. Les premières doses, livrées par le tandem Pfizer/BioNTech, doivent en effet être conservées à moins 80 degrés. 

Des congélateurs dans 90 hôpitaux 

Les hôpitaux et les établissements pour personnes âgées doivent donc s’équiper au plus vite. 

Selon le quotidien Les Échos, entre le 10 décembre et le 10 janvier, 90 hôpitaux seront dotés de petits ou de moyens congélateurs, pouvant conserver les doses à une température de moins 80 degrés.  

Le gouvernement prévoit aussi de mettre en place cinq plateformes nationales, équipées de super-congélateurs, pour stocker des centaines de milliers de doses du vaccin Pfizer/BioNTech.  Ces dernières seront réceptionnées dans des colis réfrigérés, puis acheminées en pharmacie par les grossistes.  

A LIRE AUSSI : Vaccins, lancement de trois essais cliniques en France

Le conditionnement en question 

Cette organisation laisse les hôpitaux et pharmacies de villes sceptiques. “Ca va mobiliser beaucoup de personnes et longtemps”, avance Jean-François Huchon, pharmacien hospitalier au CHU de Blois et chargé de mission à la Fédération hospitalière de France.  

“A cela s’ajoute une problématique de multidoses, c’est-à-dire que les vaccins seront disponibles en flacons de 5 doses. Si nous voulons éviter les pertes, il va falloir tenir une programmation très serrée”, ajoute-t-il. 

Ces premières vaccinations doivent être délivrées aux pensionnaires des maisons de retraite, d’unités de soins longue durée et aux soignants vulnérables. Près d’un million de personnes sont concernées.