1. / Maladies
  2. / Psychiatrie

Il ingère 122 clous, une opération lui sauve la vie

En Ethiopie, un homme de 33 ans mentalement instable a avalé 122 clous et d'autres objets métalliques. Les médecins ont dû les lui ôter de l'estomac avant qu'ils ne perforent son tube digestif.

Rédigé le

Il ingère 122 clous, une opération lui sauve la vie
Photo on Visualhunt.com

Ils ne sont pas prêts de l'oublier. Des médecins d'un hôpital éthiopien ont rapporté à l'AFP un cas qu’ils ne rencontreront peut-être qu’une fois dans leurs carrières de chirurgiens digestifs. Ils ont extrait 122 clous de 10 cm de long de l'estomac d'un patient de 33 ans, ainsi que quatre punaises, deux aiguilles, un cure-dent et plusieurs morceaux de verre brisé. "J'imagine qu'il a consommé ces objets en buvant de l'eau", a déclaré le Dr Dawit Teare, un chirurgien de l'hôpital Saint-Pierre d'Addis Abeba.

Un risque très élevé de perforation du tube digestif

Les médecins sont intervenus à temps. "Il a de la chance que ces objets n'aient pas coupé son estomac, ce qui aurait pu mener à de graves infections et même à la mort", a souligné le chirurgien, qui dit avoir déjà opéré des patients ayant avalé des objets coupants, mais jamais dans de telles proportions.

Le Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue français, sans lien avec le cas, confirme que le patient éthiopien courait de grands risques. "Cet homme avait sûrement un estomac qui se vide mal, ce qui expliquerait que les clous soient restés en amas. Mais, sans soin, la situation aurait évolué. Quel que soit l’objet que vous mettiez dans le corps, il va toujours migrer."

Lorsqu'un objet pointu ou tranchant est avalé, il s’incruste généralement dans les premiers segments du tube digestif. "Tout dépend de la forme de l’objet, précise le Dr Godeberge. Une aiguille, par exemple, va se planter dans la gorge, l’œsophage, l’estomac. Parfois l’intestin grêle. Elle va ensuite s’incarcérer dans la paroi du tube digestif et y rester, quelquefois des années", continue-t-il. Mais à termes, il y a forcément des dégâts. "Quand l’objet rentre dans la paroi, il finit toujours par la traverser. Pas d’un seul coup comme un coup de poignard, mais petit à petit... une communication se crée entre l’estomac et la peau, ou encore l’estomac et le péritoine. Ensuite, le risque, c'est l'infection".

Un contexte de maladie mentale

D’après ses médecins, l’homme éthiopien a avalé ces objets dangereux à cause de son état psychologique. "Le patient souffre d'une maladie mentale depuis 10 ans et avait arrêté de prendre ses médicaments il y a deux ans. C'est une raison probable pour laquelle il a commencé à consommer des objets", a expliqué le Dr Dawit Teare. S’il a ensuite précisé que le patient se porte bien, il a appelé ses proches à surveiller de près sa santé physique et mentale afin d'éviter qu'il ne consomme à nouveau de tels objets.

Les malades mentaux représentent une large part des personnes qui ingèrent volontairement des choses dangereuses. "La raison pour laquelle ils font cela n’est pas toujours très claire. Il peut y avoir la volonté de s’auto-infliger des mutilations non mortelles", explique le Dr Godeberge. L'autre gros contingent de sujets ingérant des objets y compris métalliques se trouve en prison. "Près d’un tiers des absorption surviennent en milieu carcéral et sont une conséquence directe de la pression mentale qui est exercée et des moyens que les gens incarcérés trouvent pour se soustraire à cette pression. Ils peuvent avaler des fourchettes, des couteaux, ou des lames de rasoir", ajoute le médecin.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus