1. / Maladies
  2. / Poumons
  3. / Pollution de l'air

Pollution à l'ozone : des mesures dans plusieurs départements

Les préfets des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et du Var ont activé pour la journée du 21 juin la procédure d'alerte à la pollution à l'ozone dans leurs départements, en proie aux très fortes chaleurs. La ville de Paris prend également des mesures : réduction de la vitesse de 20 km/h et contournement obligatoire de l'agglomération aux véhicules de plus de 3,5 tonnes.

Rédigé le

Pollution à l'ozone : des mesures dans plusieurs départements
Pollution à l'ozone : des mesures dans plusieurs départements

Les autorités des trois départements du Sud de la France appellent les habitants à "réduire [leurs] activités physiques et sportives intenses à l'extérieur", "prendre conseil auprès d'un pharmacien ou d'un médecin" en cas de "gêne respiratoire ou cardiaque" et demandent aux personnes sensibles ou vulnérables de "privilégier les sorties les plus brèves et […] éviter de sortir durant l'après-midi". Pendant cet épisode à la pollution, "les contrôles liés à l'interdiction du brûlage de déchets verts à l'air libre" et les "contrôles de vitesse" seront renforcés.

Le préfet des Bouches-du-Rhône prévient, dans un communiqué, qu'"une exposition de quelques heures à quelques jours à un pic de pollution peut entraîner des irritations oculaires ou des voies respiratoires, des crises d'asthme et une aggravation des troubles cardio-vasculaires ou respiratoires".

Les personnes "particulièrement vulnérables" tels que "les femmes enceintes, nouveau-nés et personnes atteintes de maladies respiratoires" sont invitées à la plus grande vigilance, précise le communiqué. Selon "l'évolution de l'épisode de pollution, des mesures complémentaires pourraient être déclenchées", ajoute dans son communiqué le préfet de Vaucluse.

Paris prend également des mesures

En Ile-de-France, la préfecture de police de Paris a décidé de réduire dès ce 21 juin la vitesse de 20 km/h et d'imposer le contournement de l'agglomération aux véhicules de plus de 3,5 tonnes. Airparif avait constaté ce 19 juin un dépassement du seuil d'information et de recommandation (180μg/m³), qui devrait se poursuivre mardi (prévisions entre 190 et 220μg/m³) et mercredi (prévisions entre 200 et 230μg/m³), a détaillé la préfecture de police dans un communiqué.

"Ces trois jours consécutifs constituent un épisode de pollution persistant qui nécessite des mesures d'urgence graduées", a estimé la préfecture. "Si la situation n'a pas connu d'amélioration, le préfet de police Michel Delpuech proposera la mise en place de la circulation différenciée". La préfecture insiste "sur la nécessité de différer les déplacements en Ile-de-France ou privilégier le covoiturage et les transports en commun". Elle demande aussi "d'éviter l'utilisation de produits à base de solvants".

La mairie de Paris a mis en place des mesures de gratuité des services Velib’ ainsi que du stationnement résidentiel et, sous certaines conditions, Autolib'.

Qu'est-ce que la pollution à l'ozone ?

Moins connu que les particules fines, l'ozone est ce qu'on appelle un polluant atmosphérique secondaire. Comme nous l’expliquait l'an passé Augustin Colette, ingénieur à l'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques (INERIS), l'ozone "n’est pas émis directement par les activités humaines, mais il est formé dans l'atmosphère. Donc, les activités humaines vont émettre des polluants primaires. On va, par exemple, parler des oxydes d'azote ou des composés organiques volatiles. Et dans certaines conditions, ces polluants primaires vont se transformer pour produire de l'ozone."

On trouve ces polluants primaires, par exemple, à la sortie des pots d'échappement. Sous l'effet d'une forte chaleur et des rayons ultraviolets, ils se transforment en ozone. En 20 ans, ces polluants, aussi appelés précurseurs, ont chuté de 30% grâce aux efforts des industriels. La pollution à l'ozone aurait donc dû baisser. Mais, c'était sans compter la hausse des températures... "A partir du moment où on a une petite concentration de polluants précurseurs, on peut toujours avoir une production d'ozone à cause des conditions météorologiques", nous précisait Augustin Colette.

Maux de tête, irritations des yeux, difficultés respiratoires…

L'ozone est un gaz oxydant qui peut provoquer des irritations oculaires et des maux de tête. Quand il s'attaque aux bronches et aux poumons, il peut entraîner de graves difficultés respiratoires.

D'après Sylvia Medina, coordinatrice du programme air et santé à l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), qui connaît bien les risques de ce gaz sur la santé, "il y a des effets sur l'appareil respiratoire, sur l'appareil cardio-vasculaire… De nouvelles études montrent aussi des impacts sur le développement neurologique, le système nerveux central… Mais, aussi, sur la reproduction."

Selon une étude publiée en janvier 2016 dans l'American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, compilant des données recueillies auprès de 670.000 patients nord-américains depuis 1982, à chaque accroissement du taux d'ozone atmosphérique de 10 parties supplémentaires par milliard, la probabilité de mourir d'une maladie pulmonaire s'accroit de 12%, par maladie cardiovasculaire de 3% (toutes causes confondues : 2%).

Cet accroissement augmente en outre le risque de diabète de 16%, d'arythmie, d'insuffisance cardiaque et d'arrêt cardiaque de 15%, et de maladie pulmonaire obstructive chronique de 14%.

la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP