1. / Maladies
  2. / Cancer
  3. / Cancer du sein

Cancer du sein : le dépistage organisé fait débat

A peine lancée, déjà controversée… Octobre rose, la campagne de mobilisation contre le cancer du sein a commencé hier, mercredi 26 septembre 2012, mais comme chaque année, des voix s'élèvent pour remettre en cause la pertinence du dépistage organisé. A l'origine de la polémique, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui estime que l'information donnée aux femmes n'insiste pas assez sur les risques de surdiagnostic et donc de surtraitements.

Rédigé le , mis à jour le

Cancer du sein : le dépistage organisé fait débat

- Entretien avec le Dr Henri Tristant, radiologue spécialiste du sein, invité dans le Magazine de la santé du 27 septembre 2012 -
 

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a estimé qu'il fallait accélérer les études menées actuellement en France, comme dans d'autres pays, sur le sujet. Tout en rappelant que chaque femme avait la liberté de choix.

En France, toutes les femmes entre 50 et 74 ans sont invitées à réaliser une mammographie et un examen clinique des seins tous les deux ans. Un examen pris en charge à 100 % par la sécurité sociale.

Des études contradictoires publiées ces dernières années remettent en cause l'intérêt d’un dépistage généralisé et systématisé et alertent sur le risque de surdiagnostic.

Risque de surdiagnostic

Le surdiagnostic consiste à dépister une petite lésion cancéreuse qui n’aurait pas évolué en maladie durant la vie du patient. Il concernerait 5 à 10% des cancers selon l’institut national du cancer. Les patients endurent des examens et des traitements lourds, dont certains ont de lourdes conséquences comme la radiothérapie, la chimiothérapie ou encore l'ablation.

En 2011, 2,4 millions de femmes ont eu recours au dépistage organisé, soit 52,7 % de la population concernée. C'est un peu plus qu'en 2010, même si on constate une stagnation depuis 4 ans.

"Nous parvenons de mieux en mieux à soigner ce cancer à condition que le diagnostic soit posé le plus tôt possible", a indiqué Marisol Touraine, en s'engageant à donner "toute l'information nécessaire" aux femmes qui souhaitent se faire dépister.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :