Coronavirus : plus de 1.200 cas en France et de nouvelles mesures anti-propagation
Crédits Photo : © NIH / National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID)

Coronavirus : plus de 1.200 cas en France et de nouvelles mesures anti-propagation

La France est le deuxième pays d’Europe le plus touché par le coronavirus. Pour freiner la propagation, le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 1.000 personnes et assouplit les conditions des téléconsultations.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le coronavirus continue de se propager sur le territoire français. Le 8 mars au soir, la France comptait 1.209 personnes contaminées et 19 décès, faisant du pays le deuxième le plus affecté en Europe, après l'Italie.

A lire aussi : Coronavirus : à quoi s’attendre pour le stade 3 de l’épidémie ?

Les rassemblements de plus de 1.000 personnes interdits

Le gouvernement a musclé sa réponse pour tenter de freiner cette propagation : "A l'échelle nationale, tous les rassemblements de plus de 1.000 personnes sont désormais interdits", a ainsi annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, à l'issue d'un Conseil de Défense à l'Elysée. Des exceptions seront prévues, a-t-il souligné : c’est le cas des manifestations, des concours et du recours aux transports en commun.

Jusqu'ici, seuls les rassemblements de plus de 5.000 personnes avaient été interdits, ce qui avait déjà entraîné de nombreuses annulations de salons (Mondial du tatouage, Salon du Livre), concerts, spectacles et représentations sportives.

Téléconsultations et déplafonnement des heures supp'

Devant la progression du virus, notamment pour "certains territoires dans lesquels l'activité virale est très dynamique", le ministre de la Santé prévoit d’assouplir les conditions pour avoir recours à des téléconsultations. Il a également signé un décret permettant de déplafonner les heures supplémentaires pour les professionnels de santé à l'hôpital.

Ecoles fermées à Ajaccio, dans l’Oise et le Haut-Rhin

Les zones particulièrement touchées sont l’Oise, le Morbihan, le Haut-Rhin, la Haute-Savoie et le Val-d’Oise. Depuis le 7 mars, la ville d’Ajaccio en Corse est également considérée comme un foyer de contamination. Elle compte en effet 23 des 28 cas enregistrés sur l’Ile de Beauté, dont trois cas en réanimation.

Pour faire face à la propagation du virus, la préfecture a annoncé la fermeture pour deux semaines de tous les établissements scolaires et de toutes les crèches d’Ajaccio. Une mesure qui concerne environ 10.000 élèves.

Avant Ajaccio, des fermetures d'établissements scolaires avaient déjà été décidées dans plusieurs collectivités, notamment dans l'Oise et le Haut-Rhin. Au total, plus de 300.000 élèves, sur les 12 millions scolarisés de la maternelle au lycée, sont désormais concernés à travers la France. Concrètement, les professeurs et élèves auront recours à l'enseignement à distance pour assurer la continuité des cours.

Quatre députés contaminés

Les parlementaires ne sont pas non plus épargnés par le coronavirus. En effet, à l'Assemblée nationale, deux nouveaux cas ont été recensés parmi les députés, a indiqué l'ARS Ile-de-France, sans dévoiler leur identité. Ce qui porte à quatre le nombre de parlementaires contaminés et à deux celui des agents testés positifs.

15 millions d’Italiens placés en quarantaine

En Italie, où plus de 7.300 cas et 366 décès imputables au coronavirus ont été enregistrés, le gouvernement a ordonné la mise en quarantaine d'un quart de la population, vivant dans le Nord, et la fermeture des cinémas, théâtres, discothèques et musées dans tout le pays.

Personne ne peut entrer ou sortir de la zone placée en quarantaine, pour aucun motif que ce soit. Les non-résidents, dont les touristes, peuvent en revanche quitter la zone. A l'intérieur de la zone de quarantaine, les déplacements doivent être limités.

La quarantaine concerne la Lombardie, une partie de la Vénétie (région de Venise) et de l'Emilie-Romagne (région de Bologne), notamment les villes de Parme et Rimini, ainsi que l'est du Piémont. Les mesures, qui bouleversent la vie quotidienne de 15 millions d’Italiens, s'appliqueront au moins jusqu'au 3 avril.