La "Puff", cette cigarette électronique destinée aux jeunes et qui inquiète les médecins

Marshmallow, fruits rouges, ananas... derrière ces goûts alléchants se cachent de véritables cigarettes électroniques. Leur design coloré marque une volonté des industriels : cibler les jeunes. Les médecins appellent à la vigilance. Reportage.

Adélie Floch
Rédigé le
Cigarette électronique jetable : attention, danger !
Cigarette électronique  —  Magazine de la Santé


A la sortie du lycée, la cigarette électronique jetable, la "puff" nouveau gadget à la mode séduit les jeunes.

Interdit de vente aux mineurs

C'est un produit attirant, simple d’utilisation, et surtout très accessible malgré son interdiction de vente aux mineurs.

Chez les buralistes, dans certains grands magasins mais aussi sur internet et les réseaux sociaux, ces cigarettes électroniques jetables rencontrent un succès fulgurant.

Cette boutique spécialisée dans le vapotage a suivi le mouvement mais les professionnels du secteur se disent inquiets du manque de contrôle sur le réseau de distribution.

A lire aussi : Un risque accru de Covid chez les vapoteurs ?

Un produit qui rend addict

"Ce sont des produits qui ne sont pas chers et qui ont une facilité d’accès. Ils sont adaptés à des gens qui sont mineurs. Ce qui pose problème, c’est lorsqu’ils sont à disposition dans des grandes surfaces ou des magasins dans lesquels on ne contrôle pas la majorité de ceux qui viennent les acheter", explique Jean Moiroud, président de la Fédération interprofessionnelle de la vape FIVAPE.  

Ces nouvelles cigarettes sont vendues avec différents dosages de nicotine entre 0,9 et 1,7%. Certaines n’en contiennent même pas, mais elles représentent déjà un danger selon le Dr Loïc Josseran, médecin en santé publique, président de l'Alliance contre le tabac à l'hôpital Raymond Poincaré.  

"On leur met entre les mains un produit qui très rapidement va les rendre addict au geste. On sait que le geste fait partie véritablement de l’addiction. D'autre part la nicotine elle aussi, va rendre addict", explique le Dr Loïc Josseran.

De la nicotine de synthèse

600 bouffées d’une cigarette électronique jetable comme celle-ci, dosée à 1,7%, équivaut à deux paquets de cigarettes en termes de nicotine. Il s’agit là d’une nicotine de synthèse.

"Il y a encore énormément de questions sur cette nicotine de synthèse qui n’a pas les mêmes propriétés physicochimiques de la nicotine classique. On ne sait pas non plus d’un point de vue santé, quel est l’impact réel de cette nicotine de synthèse sur le cerveau des enfants, sur le long terme", s'inquiète le Dr Loïc Josseran.   

Face à l’ampleur du phénomène, les médecins et professionnels de la vape lancent l’alerte, ils ont émis un signalement auprès du Ministère de la santé.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !