La greffe de cheveux comme solution à la calvitie

Parmi les traitements de l’alopécie, il y a une solution chirurgicale qui est la greffe capillaire. Elle s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Il s’agit de la technique nommée Follicular Unit Extraction (FUE).

Maroussia Renard
Rédigé le , mis à jour le
Le Magazine de la Santé

Vous pourriez penser être chez le coiffeur mais c'est un cabinet de chirurgie esthétique. Le rasage est une étape préalable indispensable à la greffe de cheveux.

Ce patient a choisi cette intervention pour masquer sa calvitie naissante. 

La greffe capillaire comme solution

"On voit que les cheveux se sont petit à petit miniaturisés, il y en a de moins en moins, ils sont de plus en plus fins. On voit que sur la partie arrière de la tête, les cheveux sont plus épais, avec une densité plus forte. Le but va être d’aller chercher une certaine quantité de cheveux sur cette zone arrière où ils sont de bonne qualité, pour les implanter sur la zone dégarnie", explique le Dr Éric Bouhanna, chirurgien plasticien. 

Pour cela, direction la salle d’intervention. La greffe capillaire se fait sous anesthésie locale

La technique utilisée aujourd’hui consiste à faire des micro-incisions dans le cuir chevelu à l’aide d’une aiguille rotative comme un petit forage qui permet d’aller prélever le cheveu à sa racine. 

"Ce qu’on prélève, ce sont des groupes de cheveux, ce n'est pas cheveu par cheveu. Quand on regarde un cuir chevelu au microscope, on voit que par un pore de la peau, il sort 2 à 3 cheveux en moyenne", explique le Dr Éric Bouhanna. 

1500 implants pour 4000 cheveux

Pour ce patient, le chirurgien a calculé qu’il fallait 1 500 implants ce qui correspond à environ 4 000 cheveux. Dès l’instant où ils sont extraits du cuir chevelu, ils doivent être soigneusement conservés. 

Le cheveu est un tissu vivant. Quand il est en place au niveau du cuir chevelu, il est vascularisé, il est alimenté par des petites artérioles. Quand il va être libéré, il n’y aura plus cette alimentation en oxygène. 

Pour éviter que les cheveux ne meurent, l’infirmière les dispose immédiatement sur une compresse imbibée d’un liquide un peu spécial. 

"Ce sont les solutions qu’on utilise pour les greffes d’organe…Ça permet de maintenir l’implant en dehors du corps pendant plusieurs heures et ensuite, quand il va être réimplanté, il va pouvoir se revasculariser plus facilement", précise le Dr Éric Bouhanna.

Au bout de 3 heures, le prélèvement est terminé.  

Bien répartir les greffons

"Ce sont des petites perforations toute fines. On a laissé plein de cheveux entre les perforations ce qui va permettre d’avoir une repousse rapide. Il va pouvoir recoiffer les cheveux au-dessus de la bande rasée", explique le Dr Éric Bouhanna.

C’est maintenant la 2e phase de l’intervention, la greffe à proprement parler. 

"Je vais utiliser des implanteurs de Choï, c'est un instrument avec une aiguille au bout, une fente latérale qui va permettre d’insérer l’implant à l’intérieur de l’aiguille. Je vais rentrer dans le cuir chevelu et une fois que je serai rentré, je vais pousser sur le petit piston au-dessus et ça va injecter l’implant", montre le Dr Éric Bouhanna.  

L’implantation ne se fait pas au hasard. Il faut bien répartir les greffons sur l’ensemble de la zone dégarnie et respecter l’orientation de chaque cheveu pour que la repousse soit naturelle.  

4 mois plus tard les nouveaux cheveux repoussent

La zone implantée par rapport à la zone dégarnie contient une densité d'environ 30 à 40 unités folliculaires par centimètre carré.

Le chirurgien répète le même geste pendant plus de 2 heures. 

"On a fini l’intervention. En gros très rapidement il va y avoir une petite croûte de cicatrisation qui va se former, elle va mettre une semaine à tomber. Le cheveu va pousser pendant 3/4 semaines et ensuite il va tomber. Il faut compter 3 /4 mois, le temps que ce cheveu repousse", conclut le Dr Éric Bouhanna.  

Le patient n’aura pas de pansement, juste une compresse pendant quelques heures sur la zone de prélèvement. Aucun soin n'est prescrit à part un shampoing antiseptique tous les jours pendant une semaine.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !