1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant
  3. / Ecole, apprentissage

Déconfinement : "remettre les enfants à l'école est très important"

Dans une tribune, 20 présidents de sociétés savantes affirment que les enfants doivent retourner à l’école.

Rédigé le

Déconfinement :
© horizontal.integration on Visual hunt  

Cette tribune cosignée par une vingtaine de présidents de sociétés savantes pédiatriques a été publiée par le Quotidien du Médecin. Le Pr Christophe Delacourt, président de la Société Française de Pédiatrie, y assure que " ouvrir les écoles est possible ".

Selon lui, les symptômes sévères étant exceptionnels chez les enfants, il suffit que les adultes qui les accompagnent dans le milieu scolaire respectent les mesures barrières pour rouvrir les écoles : " Avant le confinement, il n’y a pas d’exemple d’épidémie dans les milieux scolaires. Le virus a l’air de circuler difficilement chez les enfants ", déclare-t-il à Allodocteurs.fr.

A lire aussi : Réouverture des écoles et des crèches : une fausse bonne idée ?

" Si le virus s'introduit dans les écoles, ça viendra des adultes "

Le Pr Delacourt est formel : le risque que les enfants soient contaminés ou transmettent le virus est faible comparé au reste de la population. " On fait reposer sur les épaules des enfants une responsabilité bien lourde, s’inquiète-t-il. Si des personnes âgées ou malades sont au domicile, le plus grand danger pour elles ce sont les adultes du domicile ! "

" La grippe, par exemple, diffuse très facilement par les enfants, mais pas le Covid. On ne peut pas faire vivre les enfants dans un univers qui n’est pas le leur sous prétexte d’un risque inférieur à celui porté par les adultes ", insiste-t-il.

Prendre en compte la réalité de l'enfance

Il faut leur apprendre à se laver les mains régulièrement, en revenant de récréation ou après avoir éternué. Ce sera même très utile pour les épidémies usuelles de l’hiver, explique Christophe Delacourt. Mais aller au-delà me parait excessif. Je ne vois pas comment on peut tenir ça sur la durée. "

" Notre message, c’est d’accord pour une période progressive et prudente, mais pas de règles inapplicables. Ne pas partager les affaires et garder de la distance entre les table, oui ; imposer à l’enfant une vie sans détente, sans jeu de ballon, sans récréation, ça n’est pas normal. Un enfant ne pourra pas respecter de telles règles ", affirme le pédiatre.

Selon la tribune, cela risque d’entraîner une anxiété néfaste au développement des enfants, voire même générer des troubles du comportement potentiellement majeurs.

A lire aussi : Transports, école, tests, masques… ce que prévoit le gouvernement pour le déconfinement

Les effets délétères du confinement

" Remettre les enfants en scolarité est très important ", répète Le Pr Delacourt.

" Leur niveau de connaissance mais aussi la continuité de leurs soins sont en jeu : les pédiatres  libéraux affirment qu’ils ont beaucoup moins vacciné pendant cette période. À l'hôpital, on constate une grande difficulté à suivre les maladies chroniques."

Pourtant, comme le rappelle le président de la SFP, "rien ne permet de penser que les enfants atteints de pathologies chroniques soient plus à risque que les autres", sauf pour certaines pathologies plus rares.