Ehpad : une aide-soignante licenciée après des soupçons de maltraitance

Une aide-soignante de 48 ans travaillant dans un Ehpad est soupçonnée de violences et d’actes de négligence sur trois résidents. Une procédure de licenciement a été engagée contre cette salariée.

Mathieu Pourvendier avec AFP
Rédigé le
"La salariée a avoué certaines choses" et "va être licenciée", précise à l'AFP la direction, qui dit avoir déposé une main courante fin décembre et incité la famille à porter plainte
"La salariée a avoué certaines choses" et "va être licenciée", précise à l'AFP la direction, qui dit avoir déposé une main courante fin décembre et incité la famille à porter plainte  —  Google Street View : Les jardins de Manibans

Les faits se seraient déroulés dans un Ehpad de Blagnac, près de Toulouse. Une salariée de 48 ans de la maison de retraite privée "Les Jardins de Maniban" du groupe Edenis est soupçonnée de maltraitance comprenant des violences et des actes de négligence sur trois résidents, a révélé le 14 janvier La Dépêche du Midi

Une procédure de licenciement a été engagée le 16 janvier à son encontre. Cette aide-soignante, qui travaillait depuis juin 2019 pour Edenis, a déjà été mise à pied fin décembre par son employeur pour des "soupçons de maltraitance".      

"Tous les résidents concernés vont bien"

"La salariée a avoué certaines choses" et "va être licenciée", précise à l'AFP la direction de l'Ehpad, qui dit avoir déposé une main courante fin décembre et incité les familles à porter plainte.   

"Ce sont des mesures systématiques à partir du moment où il y a des faits qui sont avoués et avec lesquels on ne tergiverse pas", ajoute l'établissement, qui assure que "tous les résidents concernés vont bien".

À lire aussi : Nette hausse des signalements pour maltraitance de personnes âgées ou handicapées

281 nouvelles réclamations depuis mai 2021

C'est également le 16 janvier que la Défenseure des droits, Claire Hédon, alertait dans un nouveau rapport sur la persistance d'actes de "maltraitance" et d'"atteinte" aux droits fondamentaux des personnes âgées dans les maisons de retraite. Ce rapport est publié 18 mois après son précédent et la publication du livre enquête Les Fossoyeurs.    

Le document note que "le bilan est hélas nuancé" et prévient que "les inquiétudes de la Défenseure des droits demeurent". Les autorités ont été "sensibles aux constats" et se sont engagées à prendre des mesures. Pourtant "l’institution continue de recevoir des réclamations individuelles à ce sujet". La défenseure des droits annonce avoir reçu 281 nouvelles réclamations depuis mai 2021.

EHPAD : soutenir les résidents et les soignants  —  Le Mag de la Santé

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !