Nette hausse des signalements pour maltraitance de personnes âgées ou handicapées

Nette hausse des signalements pour maltraitance de personnes âgées ou handicapées

Le numéro d'écoute 3977 alerte sur l'augmentation des maltraitances liées à l'épidémie de Covid dans les centres d'hébergement.

Rédigé le , mis à jour le

28% de signalements supplémentaires pour le premier semestre 2021. C’est le chiffre dont fait part la Fédération 3977 contre les maltraitances envers les adultes âgés ou handicapés dans un communiqué publié le 14 septembre. 

Pendant les confinements, les écoutants du 3977 s'attendaient à une hausse des signalements de maltraitances, à domicile ou dans les établissements d'hébergement. "Les gens étaient enfermés dans leur chambre, sans contact avec les autres, avec des restrictions de déplacement", rappelle Pierre Czernichow, président de la Fédération 3977. Pourtant, les signalements ont diminué en 2020.

Mais une fois les restrictions allégées, les alertes ont a nouveau augmenté. La Fédération 3977 rapporte une augmentation de 44% des maltraitances en établissement au premier semestre 2021 par rapport à la même période en 2020.

A lire aussi : Personnes âgées : quand la famille se fait bourreau

Un rebond des signalements

Davantage de maltraitances pendant les confinements, mais des signalements seulement un an plus tard. "La plupart des alertes en établissement que nous recevons proviennent de la famille ou des proches des victimes. Or, les visites ont été rendues impossibles par le confinement", rappelle M. Czernichow. 

Pierre Czernichow tient à préciser que les maltraitances rapportées en établissements d'hébergement sont en général des négligences "involontaires, de la part de professionnels débordés ou pas assez formés. La plupart des soignants veulent bien faire !", assure-t-il.

"L'isolement tue"

Pour le président de la Fédération, l'épidémie n'excuse pas tous les comportements : l'isolement forcé et la fermeture des EHPAD pendant les premiers confinements constitue une maltraitance. 

"Le Covid est très grave, évidemment. Mais on ne peut pas raisonner en ne prenant en compte que ce problème. C'est un drame sanitaire, mais ce n'est pas le seul problème" chez les personnes âgées, explique-t-il. 

Le risque du syndrome de glissement

En effet, l'isolement peut conduire certaines personnes au syndrome de glissement. Ce syndrome observé par les gériatres se rapproche de la dépression. On parle de syndrome de glissement lorsqu'une personne âgée renonce à tout traitement et se laisse mourir. 

"Si vous coupez une personne de ce qui reste de sa vie sociale, vous avez une bonne chance de la conduire à la tombe, explique M. Czernichow. L'isolement tue aussi certainement que le Covid."

Afin de prévenir de nouvelles maltraitances, la Fédération 3977 souhaite davantage collaborer avec les établissements de santé et médicosociaux pour sensibiliser et former les personnes qui y travaillent.

Des maltraitances intrafamiliales

La plupart des alertes reçues par le 3977 traite de négligences. Mais il peut arriver que des personnes âgées ou handicapées soient victimes de violences. "La première forme, c'est une violence psychologique, explique Pierre Czernichow. En général, c'est un conflit avec des proches qui crée des tensions."

Très souvent, la Fédération reçoit des signalements de maltraitances financières. "Les personnes sont victimes de racket, d'arnaques sur internet, ou alors c'est un phénomène intrafamilial avec l'héritage par exemple", décrit le président.

Selon la Fédération 3977, on parle de maltraitances seulement envers des personnes vulnérables. C'est pourquoi on peut parler d'enfants maltraités, mais pas de maltraitances faites aux femmes par exemple.