Dessin d’homme enceint : le Planning familial déclenche une polémique

Une affiche représentant un homme enceint a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Face au déferlement de commentaires haineux, le Planning familial demande le soutien des organisations féministes et politiques.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le
Dessin d’homme enceint : le Planning familial déclenche une polémique

À peine l’affiche a-t-elle été diffusée qu’elle a provoqué un tollé. Au cœur de la polémique : un dessin du Planning familial représentant un homme enceint avec comme légende : "Au Planning, on sait que des hommes aussi peuvent être enceints".  

Mercredi 17 août, Laurier The Fox, l’illustrateur de l'affiche, l’a partagé sur son compte Twitter. 

Une "dérive" selon l'extrême-droite

Immédiatement, de nombreux internautes, notamment d’extrême-droite, se sont emparés du sujet. Parmi eux, des élus RN dénoncent une "dérive", une "association militant pour la théorie du Genre". 

Incompréhensions et interrogations

D’autres personnes se montrent interloquées par le dessin et affirment ne pas comprendre comment un homme pourrait être enceint.

C'est pourtant possible : une personne dont le sexe assigné à la naissance est féminin peut transitionner vers le genre homme, tout en conservant un appareil reproducteur féminin, à savoir les ovaires, les trompes et l'utérus. Il s’agit donc d’un homme enceint.  

À lire aussi : Enfants transgenres : la majorité continue de s’identifier à son genre de transition

La stérilisation forcée jusqu'en 2016

Cette situation est très récente. En effet, jusqu’en 2016, les personnes trans devaient prouver leur stérilisation pour obtenir leur changement de sexe à l’état civil.

En 2017, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a tranché : "le fait de conditionner la reconnaissance de l'identité sexuelle des personnes transgenres à la réalisation d'une opération ou d'un traitement stérilisant qu'elles ne souhaitent pas subir" constitue une violation de leur droit au respect de la vie privée. La France a d’ailleurs été condamnée par la CEDH pour avoir pratiqué cette obligation.  

Le Planning familial ouvert à tout le monde

Face aux réactions suscitées par sa campagne de communication, le Planning familial a diffusé un communiqué. "Ces attaques prennent prétexte d'une affiche présentant une personne trans pour appeler à notre désubventionnement, pour questionner notre légitimité en tant qu'association de défense des droits des femmes et de lutte pour le droit à l'avortement", déplore l’organisation. "Le Planning familial pratique un accueil inconditionnel des personnes, quelle que soit leur identité de genre", rappelle-t-elle.

L'association appelle au soutien

"Parmi les plus de 300.000 personnes que nous rencontrons tous les ans lors de nos accueils, de nos animations et de nos actions, des personnes trans nous demandent conseil pour la contraception, l'avortement, le suivi médical de leur transition. Il nous appartient de les accueillir. Il nous appartient de faire en sorte qu'elles se sentent les bienvenues", appuie le Planning familial.  

Pour mettre fin à la polémique et appuyer ses actions, l'association appelle "l'ensemble des organisations féministes, organisations politiques, syndicats, associations progressistes, allié·es à affirmer publiquement leur soutien au Planning familial, à ses militant·es, à ses valeurs, à ses combats, à ses actions quotidiennes auprès des publics."

Transidentité : un chemin pour être soi
Transidentité : un chemin pour être soi  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !