Covid: Singapour ne paeira plus les frais médicaux des non-vaccinés

A Singapour, les soins médicaux des personnes non-vaccinées contre le covid ne seront plus pris en charge par les autorité sanitaires.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Image d'illustration
Image d'illustration  —  Shutterstock

Une facture qui pourrait être salée pour de nombreux habitants de Singapour. Dès le 8 décembre, le pays va cesser de prendre en charge les frais médicaux des malades atteints du coronavirus qui ont refusé de se faire vacciner. Cette annonce des autorités de la cité-Etat d'Asie du Sud-Est survient à un moment critique de l'épidémie de Covid-19.

A lire aussi : Covid : la Suisse envisage de ne plus "protéger" les non vaccinés

Un système de santé sous pression

L'île fait face à sa pire vague de contaminations depuis le début de la pandémie avec quelque 2.000 à 3.000 nouveaux cas par jour et quelques décès. "Les personnes qui ne sont pas vaccinées représentent une majorité conséquente de ceux qui ont besoin de soins intensifs, et contribuent de façon disproportionnée à la pression sur nos infrastructures sanitaires", a souligné le ministère de la Santé dans un communiqué lundi.

Le gouvernement a assumé jusqu'ici les frais médicaux des Singapouriens et de certains résidents contaminés par le virus, sauf pour certains testés positifs juste après être rentrés d'un voyage à l'étranger.

Le 8 décembre, les autorités vont commencer à facturer les patients atteints du Covid qui ont refusé le vaccin. Ces patients pourront toujours avoir recours à une assurance privée pour se faire rembourser. Les frais de ceux qui n'ont pas pu être vaccinés pour raison médicale ou ceux des enfants de moins de 12 ans seront aussi pris en charge.

Un des taux de vaccination les plus élevés au monde

Singapour affiche l'un des taux de vaccination les plus élevés au monde, avec 85% de sa population vaccinée avec deux doses. La cité-Etat a réussi à contenir le virus au début de la pandémie avec des mesures très strictes mais a vu le nombre de contaminations grimper récemment à cause du variant Delta et d'une nouvelle politique de cohabitation avec le virus.