Le vaccin anti-Covid de Moderna déconseillé pour les moins de 30 ans

La Haute autorité de santé en France (HAS) se base sur une étude selon laquelle les vaccins à ARN messager accroissent légèrement le risque de myocardite et péricardite pour cette tranche d’âge.

Rédigé le , mis à jour le
Le vaccin anti-Covid de Moderna déconseillé pour les moins de 30 ans
Crédits Photo : © Shutterstock / Giovanni Cancemi

La HAS a déconseillé, lundi 8 novembre, le recours au vaccin anti-Covid 19 de Moderna pour les moins de 30 ans. L’instance s’appuie sur une vaste étude menée par la structure Epi-Phare, associant l'Assurance maladie (Cnam) et l'Agence du médicament (ANSM).

L'étude s'est intéressée aux personnes âgées de 12 à 50 ans, hospitalisées en France pour une myocardite ou une péricardite entre le 15 mai et le 31 août, soit 919 cas de myocardites et 917 cas de péricardites.

A lire aussi : Peut-on oui ou non recevoir le vaccin Moderna en troisième dose ?

Haro sur les vaccins à ARNm

La myocardite et la péricardite sont des inflammations du cœur. La première touche le myocarde, principal muscle cardiaque, et la seconde le péricarde, la membrane qui enveloppe le cœur. 

Les résultats de l'étude française confirment que les vaccins Pfizer et surtout Moderna augmentent le risque de survenue de ces maladies dans les 7 jours suivant la vaccination, et plus souvent chez des hommes de moins de 30 ans. 

Au vu de ces résultats, la HAS "recommande, pour la population âgée de moins de 30 ans et dès lors qu'il est disponible, le recours au vaccin Pfizer qu'il s'agisse de primo vaccination ou du rappel.” 

Moderna recommandé pour les plus de 30 ans

A l'inverse, elle recommande que le vaccin Moderna, "dont l'efficacité vaccinale semble légèrement meilleure, puisse être utilisé en primovaccination et pour l'administration d'une dose de rappel en demi-dose chez les sujets âgés de plus de 30 ans". Le 15 octobre, la Haute autorité de santé recommandait d'utiliser exclusivement le vaccin de Pfizer/BioNtech pour les doses de rappel.  

"L'épidémie marque actuellement une reprise dont il est difficile de prévoir l'évolution, mais la période hivernale qui démarre conjuguée à la baisse prévisible de l'efficacité des vaccins chez les personnes vaccinées avant l'été rappelle une fois encore l'importance d'obtenir la meilleure couverture vaccinale possible de l'ensemble de la population et en particulier chez les personnes les plus susceptibles de faire une forme grave de Covid-19", insiste la Haute autorité de santé.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !