Le vaccin anti-covid de Moderna suspendu en Finlande pour les moins de 30 ans
©rafapress

Le vaccin anti-covid de Moderna suspendu en Finlande pour les moins de 30 ans

Une étude a montré que ce vaccin entraînait un risque légèrement accru d’inflammation cardiaque chez les hommes de moins de 30 ans.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Vers une diminution de l'utilisation du vaccin Moderna ? La Finlande a emboîté le pas le 7 octobre à ses voisins nordiques et suspendu "pour l'instant" le vaccin anti-Covid du laboratoire américain pour les hommes de moins de 30 ans, en raison d'un risque d'inflammation cardiaque.

"Une étude scandinave associant la Finlande, la Suède, la Norvège et le Danemark a établi que les hommes injectés avec le Spikevax de Moderna et âgés de moins de 30 ans avaient un risque légèrement accrû de développer une inflammation du myocarde", a justifié lors d'un point presse Mika Salminen, directeur de l'institut finlandais pour la Santé et le Bien-Etre (THL).

A lire aussi : Thromboses et myocardites : Plus de risques pour les malades du Covid qu'après la vaccination

Une précaution prise par d’autres pays

"La plupart de ces cas d'inflammation du myocarde sont bénins et passagers, guérissant d'eux-mêmes en quelques jours mais il y a un risque", a-t-il dit. Comme d'autres vaccins sont disponibles, la Finlande recommande désormais que le vaccin Moderna ne soit pas injecté "pour l'instant" à des sujets masculins de moins de 30 ans, mais que le vaccin Pfizer/BioNTech lui soit préféré.

La veille, la Suède a suspendu "par précaution" l'emploi du vaccin Spikevax, le nom du vaccin de Moderna, pour les moins de 30 ans. Le Danemark et la Norvège l'ont formellement déconseillé pour les moins de 18 ans, en raison d'un risque d'inflammation du myocarde et du péricarde, après la seconde injection.

Des analyses en cours

Dans son communiqué du 6 octobre, l'agence suédoise de santé publique (FHM), chargée de la campagne de vaccination, soulignait que ce risque d'effets secondaires méritait d'être approfondi et que des analyses étaient "en cours".

L'Agence européenne du médicament avait étendu en juillet son autorisation du vaccin Moderna aux 12-17 ans.