Pneumothorax : quand l'air s'échappe des poumons

Pneumothorax : quand l'air s'échappe des poumons

Une douleur comme un coup de poignard dans le thorax et une gêne pour respirer sont les signes fréquents d'un pneumothorax, un accident qui survient chez des personnes jeunes, notamment les fumeurs, et qu'il faut traiter en urgence. Quels sont les facteurs de risque ? Quelles sont les conséquences d'une opération ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Qu'est-ce qu'un pneumothorax ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent le pneumothorax.
Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent le pneumothorax.

On le décrit comme un coup de poignard en pleine poitrine, tant la douleur respiratoire survient brutalement. Le pneumothorax est une pathologie pulmonaire assez fréquente mais elle pose encore de nombreuses questions pour les spécialistes.

Nos poumons sont entourés par la plèvre. Cette enveloppe est constituée de deux feuillets : la plèvre pariétale vers les côtes et la plèvre viscérale accolée aux poumons. Normalement ces deux feuillets se touchent, il n'y a aucun espace.

Lors d'un pneumothorax, une bulle d'air vient s'imiscer dans l'espace pleural, entre les 2 feuillets. En éclatant, elle laisse s'échapper de l'air, ce qui comprime le poumon. Cette compression crée la douleur et gêne la respiration.

Pneumothorax secondaire ou spontané

Dans certains cas, le pneumothorax est secondaire à une autre maladie pulmonaire (l'emphysème, la mucoviscidose ou la fibrose pulmonaire par exemple) ou à un accident qui provoque la déchirure de la plèvre. Mais la plupart du temps le pneumothorax est spontané et sa survenue est inexpliquée. Une anomalie microscopique de la plèvre viscérale est en cause et la rend poreuse.

Les spécialistes ignorent aussi pourquoi le pneumothorax spontané survient surtout chez des patients plutôt jeunes, entre 20 et 35 ans, pour la grande majorité des hommes, grands et minces, fumeurs dans 75% des cas (source : Société de pneumologie de langue française).

Le diagnostic du pneumothorax est fait généralement à l'hôpital, le bilan comprend des radios des poumons, un électrocardiogramme, un scanner thoracique.

La vie après un pneumothorax

Quelles sont les contraintes de vie après une opération pour un pneumothorax ?
Quelles sont les contraintes de vie après une opération pour un pneumothorax ?

Cette gêne respiratoire survient de manière très brutale. Il faut drainer l'air présent dans la cavité pleurale et la plupart du temps en urgence… L'intervention est effectuée sous anesthésie locale.

Après le drainage, l'air ayant été expulsé de la cavité pleurale, le patient ne ressent plus de gêne respiratoire. Ensuite, la conduite à tenir est très claire : arrêt total et définitif du tabac, et interdiction de pratiquer des sports comme la plongée, le parachutisme, et la pratique des instruments à vent.

Le problème est que bien souvent, le pneumothorax récidive... Dans ce cas, une intervention chirurgicale, qui vise à recoller la plèvre au poumon, est nécessaire.

La thoracoscopie

Attention, images de chirurgie : le chirurgien fait saigner la paroi interne de la plèvre pour créer une inflammation.
Attention, images de chirurgie : le chirurgien fait saigner la paroi interne de la plèvre pour créer une inflammation.

Il n'existe pas de traitement spécifique lorsqu'on fait un premier pneumothorax. Un drain peut être posé pour évacuer l'air. Il faut surtout du repos pour permettre au corps de se remettre. Mais bien souvent, le pneumothorax récidive. Dans ce cas, l'opération est indiquée.

Il est impératif d'éviter toute nouvelle rechute, car si les deux poumons sont atteints au même moment, le pronostic vital du patient peut être engagé.

L'opération est généralement effectuée avec l'aide de la vidéo : le chirurgien fait rentrer une petite caméra à l'intérieur de la cavité pleurale, c'est ce que l'on appelle la thoracoscopie. Le chirurgien accolera les 2 feuillets, à l'aide d'un produit comme le talc ou par abrasion mécanique.

Les récidives les plus fréquentes ont lieu au cours des cinq jours qui suivent l'intervention, c'est pour cette raison que le patient est gardé durant cette période en observation. Il est de toute façon important de le faire surveiller car cet accident peut révéler ou compliquer d'autres maladies pulmonaires ou des infections telles que la tuberculose.

En savoir plus sur le pneumothorax

Questions/réponses :

Les réponses avec le Pr. Gérard Huchon, pneumologue à l'hôpital Hôtel-Dieu (Paris)