1. / Bien-être - Psycho
  2. / Environnement et santé

Un risque de saturnisme dans certaines villes d’Ile-de-France ?

Pendant des années, les eaux usées de Paris ont été épandues dans des plaines proches de la capitale. Résultat : dans certaines villes du Val-d’Oise et des Yvelines, des sols sont pollués au plomb.

Rédigé le

Un risque de saturnisme dans certaines villes d’Ile-de-France ?

Dans les Yvelines, Carrières-sous-Poissy est une des villes les plus touchées par l'alerte à la pollution au plomb. Selon Santé publique France, certains terrains présentent des taux 5 fois supérieurs au seuil d’alerte réglementaire. Un scandale pour Anthony Effroy, président de l’association Rives de Seine Nature Environnement. « Tout le monde savait que les terrains étaient pollués car dès 2000, le préfet des Yvelines a interdit la culture à destination des humains sur l’ensemble de ces terrains. Manifestement, ça n’a pas empêché d’autoriser des opérations immobilières de construction. Et même pire puisque vous avez des écoles maternelles qui ont été construites sur ces sols pollués ».

Une intoxication silencieuse

Le risque, c’est que le plomb s’infiltre dans l’organisme des tout-petits soit par voie respiratoire, soit par voie digestive, lorsqu’un enfant, après avoir touché la terre, porte ses mains à sa bouche. Le plomb s’attaque d’abord au système nerveux puis s’installe durablement sur les os. Cette exposition peut provoquer une maladie, le saturnisme. Selon le Dr Mady Denantes, spécialiste de cette pathologie, il s'agit d'«intoxications silencieuses c’est-à-dire que cela ne va pas donner de signes cliniques. On va parler de mal de ventre, d’enfant agité, de problèmes de concentration… Rien de très spécifique ! »

Au total, 3 anciennes zones d’épandage des eaux usées sont aujourd’hui polluées au plomb : les plaines de Méry-sur-Oise/Pierrelaye, Achères et Triel-sur Seine. L’agence Santé publique France recommande de faire dépister les 13 000 enfants des communes concernées par une prise de sang. Mais, en l’absence de cas de saturnisme signalé, l’Agence Régionale de Santé ne veut pas lancer de campagne de détection.

A Carrières-sous-Poissy, Anthony Effroy a donc décidé d’agir. Il vient de lancer une campagne de dépistage auprès des enfants âgés de 4 à 10 ans. Au risque de peut-être détecter un cas de saturnisme et d’alerter les pouvoirs publics.

 

Sponsorisé par Ligatus