1. / Bien-être - Psycho
  2. / Beauté, soins du corps
  3. / Cosmétique

Crèmes solaires : un délai de conservation limité !

D’après une équipe de chercheurs franco-américaine, en vieillissant, les crèmes solaires pourraient contenir des perturbateurs endocriniens potentiellement cancérogènes.  

Rédigé le

Crèmes solaires : un délai de conservation limité !

Indispensables pour se protéger des rayons du soleil et prévenir les cancers de la peau, les crèmes solaires vieilliraient mal. C'est la conclusion d'une étude publiée le 7 mars dans la revue spécialisée Chemical Research in Toxicology. Une équipe de recherche franco-américaine s'est intéressée à l’un de leurs composants : l’octocrylène. Un filtre de protection solaire présent dans de nombreux cosmétiques comme les crèmes hydratantes, autobronzantes, anti-âge...

Une substance cancérogène ?

Les produits étudiés ont subi un procédé de vieillissement accéléré équivalent à un an passé à température ambiante. Résultat : avec le temps, l'octocrylène se transforme en benzophénone, une substance classée comme "peut-être cancérogène pour l'homme (Groupe 2B)" par le Centre international de Recherche sur le Cancer de l'OMS.

"Il faut interdire ces molécules"

Une dégradation inquiétante aux yeux du Pr Philippe Lebaron, Microbiologiste à Observatoire océanologique de Banyuls-sur-mer (Sorbonne Université / CNRS) et co-auteur de l'étude. "Ce que l’on sait aujourd'hui de la benzophénone c’est qu’elle génère des effets mutagènes, cancérigènes, de perturbation endocrinienne chez le modèle animal. Chez le rat et la souris, ça a été montré. Même si ces effets n'ont pas été démontrés directement sur l'homme, le principe de précaution prévaut. Il faut interdire ces molécules", explique le chercheur.

Ne jamais conserver ses vieilles crèmes solaires

En attendant que la réglementation évolue, deux conseils : privilégier des écrans solaires sans octocrylène et sans benzophénone, comme les crèmes minérales et surtout, ne pas les conserver plus de quelques mois. Pour le Dr Christine Lafforgue dermo-pharmacologue,"On ne garde pas sa crème d’une année sur l’autre car les produits solaires sont des produits qui subissent des rythmes de température et de contraintes particulier, une fois il fait chaud, je rentrée chez moi, ils sont à température ambiante, je ressors ils retournent au soleil, ce sont des cycles de vie qui perturbent la formulation et qui accélèrent la dégradation de toutes les molécules qui sont dedans "

Pour se protéger des UV, la crème ne suffit pas. Mieux vaut éviter de s’exposer trop longtemps, surtout quand le soleil est au zénith, et penser à porter un chapeau, des lunettes et des vêtements couvrants.   

 

 

 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr