Protelos® : pas de réévaluation de son taux de remboursement

Protelos® : pas de réévaluation de son taux de remboursement

Le Protelos®, médicament contre l'ostéoporose, restera au taux de remboursement de 30%. Le Conseil d'Etat a refusé la demande du groupe Servier de réévaluer le taux de remboursement son médicament, en raison des risques qu'il présente.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Nouveau revers pour le Protélos®, le médicament contre l'ostéoposose des laboratoires Servier. Le groupe souhaitait voir augmenter le taux de son remboursement, passé de 65 à 30% au 1er janvier 2012 à la suite de la réévaluation de son service médical rendu (de "majeur" à "modéré") par la commission de la transparence, rappelle le journal Le Parisien, qui a révélé l'information le 19 octobre 2013.

Le Conseil d'Etat a rejeté cette demande soulignant en outre que "le Protelos® présente un profil de risque plus dangereux que ceux de ses concurrents, d'une part, du fait du risque d'événements thromboemboliques veineux, (...) et, d'autre part et surtout, du fait du risque de syndrome de DRESS, réaction allergique sévère pouvant conduire au décès, imprévisible, dont aucun facteur de risque n'a été identifié".

Autorisé dans tous les pays de l'Union européenne, le Protelos® est commercialisé en France depuis janvier 2006. Depuis 2007, il fait l'objet d'une surveillance renforcée, notamment en raison des risques d'accidents thromboemboliques veineux et de réactions allergiques graves.

En 2012, l'Agence européenne du médicament (EMA) a estimé que ce médicament présentait davantage de bénéfices que de risques, mais a recommandé de ne pas l'utiliser pour des patients immobilisés ou des patients souffrant ou ayant souffert de troubles thromboemboliques veineux.

Les laboratoires Servier produisent notamment le Mediator, anti-diabétique détourné comme coupe-faim soupçonné d'avoir provoqué de 500 à 2.000 décès, pour lequel plusieurs sociétés du groupe ainsi que son dirigeant font l'objet d'enquêtes judiciaires.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :