Mélanome : un médecin peu regardant

Ne pas dépister un mélanome à temps peut coûter la vie. A Amiens, un médecin du travail a reçu un avertissement de la chambre disciplinaire nationale de l'ordre des médecins pour ne pas avoir dépister le mélanome de son patient, décédé d'un cancer généralisé en 2007.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Le mélanome est le cancer de la peau le plus dangereux
Le mélanome est le cancer de la peau le plus dangereux

Rodolphe Petit a succombé à 38 ans d'un cancer généralisé de la peau qui aurait pu être évité, comme le rapporte le Courrier Picard dans un article publié le 20 mai 2014.

Lorsqu'il était monteur de ligne chez Erdf, l'homme a remarqué un bouton noir sur son bras droit qu'il a dit avoir montré quatre années de suite, entre 2002 et 2006, au médecin du travail au cours des visites annuelles. Ce médecin n'aurait pas constaté la gravité de cette tâche et aurait rassuré son patient.

Pourtant, il s'agissait bien d'un mélanome qui a évolué en cancer généralisé de la peau. Une erreur dramatique : selon un expert-dermatologue qui s'est penché sur le dossier, les chances de guérison étaient de 100 % si une intervention chirurgicale avait eu lieu en 2003, et de 50 % en 2004.

Le père de Rodolphe s'est battu pour que cette erreur médicale soit reconnue. Il a obtenu gain de cause puisque la chambre disciplinaire nationale de l'ordre des médecins a adressé un avertissement au médecin du travail peu regardant.

Voir aussi :