La peur paralyse les enfants, mais peut aussi les stimuler

La fête d'Halloween perd du terrain en France, mais certains ne manqueraient pour rien au monde l'occasion de se faire peur. Avoir le citrouillomètre à zéro reste pour eux une angoisse exquise. Chez les plus jeunes, ce grand frisson peut avoir du bon, à condition qu'il soit encadré.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

- Reportage de Maxime Vautier, Marie Chagneau et Hervé Droguet -

La peur accompagne l'enfant dès son plus jeune âge et participe à son développement. Certaines peuvent stimuler sa créativité, quand d'autres le paralysent. Car les centres nerveux qui interviennent pour calmer la peur ne sont pas encore bien développés, le cerveau est plus propice aux angoisses. Mais la peur reste avant tout une question de sensibilité individuelle. Tous les enfants ne sont pas égaux face à elle.

L'enfant doit donc être accompagné. Pas question, par exemple, de le laisser seul devant un film d'horreur, car ce qui n'est qu'un frisson pour l'adulte peut tourner au traumatisme pour l'enfant. La signalétique du CSA a été mise en place pour protéger le jeune public devant la télévision et aider les parents.

Voici les six conseils du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) destinés aux parents :

- Pas d'écrans avant l'âge de 3 ans
- Avant 8 ans, seulement des programmes pour enfants
- Limitons le temps passé devant l'écran
- Une signalétique à respecter pour enfants et adolescents
- La télévision, c'est mieux quand on parle
- Devenir un parent et un téléspectateur actif

Les 3 conseils clés destinés aux enfants :

- Regarde des programmes de ton âge
- Parle à tes parents de ce que tu as vu à la télévision
- Ne passe pas tout ton temps devant l’écran


Voir aussi, sur Allodocteurs.fr :