Epidemie de grippe : les hôpitaux de Nice débordés

Depuis que le seuil épidémique de la grippe a été franchi, le CHU de Nice manque de lits. Dépassés par l'afflux de patients grippés, les hôpitaux se voient contraints de reporter des admissions.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Les Urgences des hôpitaux de Nice sont surchargées. Une centaine de patients supplémentaires par semaine, majoritairement âgés de plus de 75 ans, sont à hospitaliser.

Pour assurer la prise en charge de tous ces patients dans les différentes unités de soins, mais aussi des Urgences habituelles, les hôpitaux niçois ont dû prendre des mesures. Pour libérer des lits, ils ont dû déprogrammer certaines admissions pour les remettre à plus tard. "Les patients concernés sont ceux envoyés à l'hôpital par leur médecin pour un bilan. Ces bouleversements affectent donc uniquement les services de médecine et non de chirurgie", déclare Geneviève Robiquet, attachée de presse pur le CHU de Nice.

Ces reports d'hospitalisation sont bien entendu faits en fonction de l'état de santé et de la situation personnelle de chaque patient.

Mais cette situation "de tension" ne se limiterait pas à la seule ville de Nice, "tout le département a du mal à trouver des lits", déplore Mme Robiquet.

L'épidémie est arrivée il y maintenant trois semaines en France. Avec la région PACA, cinq autres régions sont particulièrement touchées : le Languedoc-Roussillon, l'Auvergne, la région Rhône-Alpes, le Nord-Pas-de-Calais et l'Île-de-France. Reste à savoir si les autres centres hospitaliers français se verront, eux aussi, dans l'obligation de modifier leurs emplois du temps pour accueillir les malades de la grippe.

En savoir plus

  • Réseau Sentinelles
    Bulletin épidémiologique national pour la semaine du 13 au 19 février 2012, concernant la gastro-entérite, la grippe et la varicelle.
  • GrippeNet.fr
    GrippeNet.fr est un nouveau système de surveillance épidémiologique qui a pour objectif de recueillir directement auprès de la population française des données épidémiologiques sur la grippe, grâce à Internet. Il s’agit d’une expérimentation pour laquelle la participation de la population sera déterminante. Jusqu'à cette année, la surveillance de la grippe en France était réalisée à l'aide d'informations collectées par des médecins libéraux volontaires et un réseau de laboratoires et hôpitaux.
    Les données recueillies par GrippeNet.fr n’auront pas vocation à remplacer les informations validées par des professionnels de santé. En revanche, elles pourront apporter des informations complémentaires, notamment sur les personnes qui ne consultent pas leur médecin généraliste.
    Ce site Internet dédié permet à toute personne majeure qui le souhaite, malade ou non malade, et résidant en France métropolitaine, de participer à la surveillance de la grippe, de façon anonyme et volontaire.