1. / Alimentation
  2. / Digestion
  3. / Digestion difficile

Comment faciliter la digestion ?

Ballonnements, constipation, brûlures d'estomac... Généralement un simple traitement suffit à tout remettre en ordre. Reste que pour certaines personnes, ces problèmes de digestion peuvent gâcher le quotidien. Comment mieux digérer ? Y a-t-il des aliments à éviter ?

Rédigé le , mis à jour le

Comment faciliter la digestion ?
Comment faciliter la digestion ?
Sommaire

Qu'est-ce que la digestion ?

Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau expliquent la digestion

Digestion difficile, sensation de brûlure dans l'estomac, remontées acides... Ces troubles digestifs apparaissent souvent après un repas copieux ou une soirée arrosée... A priori, rien d'inquiétant, sauf si les symptômes deviennent chroniques. Ils peuvent alors être le signe d'une pathologie, comme une hernie hiatale ou encore un reflux gastro-oesophagien notamment.

La digestion commence dès la mastication au niveau de la bouche. Les dents découpent les aliments en petits morceaux. La salive les humidifie et libère des enzymes qui fragmentent, en partie, les chaînes de sucres et d'amidon. Une fois que le tout forme une masse visqueuse, on peut déglutir. Le bol alimentaire progresse dans l'œsophage.

Arrivé dans l'estomac, des glandes libèrent de l'acide chlorhydrique ainsi que différentes enzymes chargées de découper, entre autres, les protéines. Sous l'action chimique et mécanique, les aliments sont transformés au bout de trois heures en une bouillie qui est propulsée progressivement dans les intestins.

Au niveau des intestins, c'est au tour de la vésicule biliaire puis du pancréas, de libérer leur contenu. La bile favorise essentiellement la digestion des graisses, alors que les enzymes du pancréas s'attaquent aussi bien aux protéines qu'aux graisses.

Tout au long du parcours intestinal, les nutriments sont absorbés par les villosités intestinales pour passer dans la circulation sanguine. Après huit heures de digestion, tout ce qui n'est pas absorbé, poursuit sa progression dans le côlon pour former les selles.

L'exploration du tube digestif

Le gastro-entérologue réalise différents prélèvements de l’intestin.

L'endoscopie gastrique permet d'explorer l'estomac. Il s'agit d'un examen qui peut être désagréable à cause du réflexe de nausée, il est donc réalisé sous anesthésie.

La manométrie pour dépister les troubles digestifs

La manométrie permet de détecter une possible anomalie digestive

Pour connaître l'origine de certains troubles digestifs comme les nausées ou les blocages alimentaires, un examen appelé manométrie peut être prescrit. Il vise à mesurer les contractions de l'œsophage et à les analyser afin de trouver un traitement médical adapté ou d'envisager une solution chirurgicale.

À connaître pour mieux digérer

Les carottes sont-elles responsables de constipation ?

Beaucoup d'idées reçues circulent au sujet de la digestion. Que faire ou ne pas faire pour éviter ballonnements et brûlures d'estomac ?

Les conseils d'un chef pour un repas digeste

Au menu : un repas diététique facile à digérer car allégé en matières grasses.

Bien digérer, c'est aussi bien cuisiner. Techniques de cuisson, assaisonnement, choix des produits... un chef donne ses astuces pour un repas léger et facile à digérer.

Troubles digestifs : l'ostéopathie peut vous aider

L'ostéopathie, une solution pour les troubles digestifs

Crampes, ballonnements… pour soulager ces désagréments, l'ostéopathie peut s'avérer efficace en libérant les tensions musculaires abdominales.

Troubles digestifs : les Fodmaps en cause ?

On les trouve en quantité dans les plats industriels mais aussi dans les laitages, les céréales et certains fruits et légumes. Ils portent le nom de lactose, fructose, mannitol ou sorbitol et font partie de la famille des fodmaps. Il s'agit de sucres faiblement absorbés par l'organisme, soupçonnés de causer des troubles digestifs. C'est en tout cas ce que démontre une étude menée par des chercheurs de l'Inra de Toulouse.

Les fodmaps sont des sucres suspectés d'être responsables de certains troubles de la digestion. À l'Inra de Toulouse, une équipe de chercheurs a décidé de les étudier. "L'hypothèse sur laquelle nous travaillons, c'est que la fermentation des fodmaps entraîne la production de produits toxiques responsables d'effets néfastes", explique Vassilia Théodorou, professeure en physiologie digestive.

Les chercheurs ont mené leur étude sur deux groupes de souris. Les premières ont été nourries avec un régime classique, les autres avec des fodmaps. Ils ont alors constaté des irritations chez les souris ayant consommé des fodmaps. Des irritations qui seraient à l'origine de certains maux de ventre.

Problème, on trouve des fodmaps quasiment partout, et s'en priver reviendrait à suivre un régime très restrictif. Mais que les amoureux des plats industriels se rassurent, les scientifiques ont presque la solution : "Notre objectif est d'utiliser des bactéries détoxifiantes qui pourront équilibrer la flore intestinale, comme par exemple les probiotiques", précise Vassilia Théodorou.

Un régime pauvre en fodmaps est toutefois largement recommandé aux personnes souffrant du syndrome de l'intestin irritable. Dans 75% des cas, les symptômes disparaissent.

Achalasie : quand l'aliment ne passe pas

L'opération a pour objectif de réduire la pression en découpant le muscle trop contracté

Difficulté à avaler normalement, régurgitations permanentes, remontées acides... Si vous souffrez de ces symptômes, vous êtes peut-être atteint d'achalasie. Il s'agit d'un trouble moteur de l'œsophage, qui ne remplit pas son rôle. Les patients ont alors du mal à déglutir. Une opération existe pour les soulager.

Lors d'une déglutition normale, les aliments descendent le long de l'œsophage. Un petit clapet à l'entrée de l'estomac appelé cardia s'ouvre pour les laisser passer. Chez les personnes souffrant d'achalasie, le clapet reste fermé sous l'effet du muscle de l'œsophage, contracté en permanence.

L'opération consiste à couper le muscle du bas de l'œsophage afin de libérer le cardia et ainsi permettre aux aliments de passer. À l'issue de l'intervention, le patient doit avoir une alimentation liquide durant sept jours avant de pouvoir remanger normalement.

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr