Vaccination : effets indésirables évalués chez les militaires

L'Eurosurveillance, journal européen de surveillance, prévention et contrôle des maladies infectieuses, a dévoilé le 14 juin 2012, une étude sur les effets indésirables liés aux vaccins, réalisée au sein de l'Armée française. Les militaires, qui sont soumis à un calendrier vaccinal strict de par leur profession, constituent en effet une population idéale pour ce type d'étude.

Rédigé le

Vaccination : effets indésirables évalués chez les militaires
Vaccination : effets indésirables évalués chez les militaires

Le but de l'étude était d'observer les effets indésirables liés à la vaccination, répertoriés par l'armée de 2002 à 2010, afin de constituer un indicateur pour la population générale.

C'est le Centre d'épidémiologie de santé publique des armées qui est chargé de surveiller régulièrement la survenue de ce type de symptômes chez les militaires. Chaque cas fait l'objet d'une fiche de notification compilant les caractéristiques du patient, les symptômes et les vaccins administrés.

L'étude a retenu 473 cas d'effets indésirables dont seulement 31 ont nécessité une hospitalisation. Pour les 442 autres cas, les patients avaient simplement des douleurs et des rougeurs locales au point d'injection du vaccin.

Au total, l'étude estime que sur 100 000 injections seulement 14 entraîneront des effets indésirables. Ce taux est stable de 2002 à 2008, et même si les auteurs notent une légère augmentation du nombre de cas d'effets indésirables mineurs à partir de 2009, les conclusions montrent que, dans l'ensemble, la vaccination reste bien tolérée.

L'Armée française compte environ 35 000 personnes, et cela représente plus de 500 000 injections de vaccin par an selon les auteurs de l'étude. Ils représentent donc un effectif suffisant pour constituer un observatoire de vigilance pour la population générale.

Source : "Adverse events following vaccination in the French armed forces: An overview of surveillance conducted from 2002 to 2010", Eurosurveillance, 14 juin 2012.

En savoir plus