Un peu d'humilité Pr. Montagnier !

Petit tour de table des opinions de la semaine... Marina Carrère d'Encausse se demande bien ce que l'on peut encore manger si tous nos aliments sont pollués. Michel Cymes trouve inacceptable que de nos jours des circoncisions puissent encore être pratiquées sans anesthésie. Benoît Thevenet revient sur des propos du Pr. Montagnier qu'il juge déplacés.

Rédigé le , mis à jour le

Un peu d'humilité Pr. Montagnier !
Un peu d'humilité Pr. Montagnier !
Sommaire

Le blog-notes n°36 au complet

Douze minutes de discussion avec Marina Carrère d'Encausse, Benoît Thevenet et Michel Cymes

Un peu d'humilité Pr. Montagnier !

Des polluants dans nos assiettes... et alors ?

Pour lutter contre les cancers, il faut manger cinq fruits et légumes par jour, mais ceux-ci sont gorgés de pesticides. Manger bio n'est pas accessible à tous et serait surtout utile pour l'environnement, moins pour notre santé. De même pour lutter contre les maladies cardiovasculaires, il est recommandé de diminuer la viande au profit de poissons gras. Mais ceux-là sont aussi pollués. Les féculents font grossir, or le surpoids est un facteur de risques pour notre santé. Les laitages sont également incriminés. Mais alors que faire ? Et que peut-on encore manger ?

Circoncision non médicalisée = danger

La circoncision est une opération chirurgicale qui fait mal. Elle consiste en l'ablation de tout ou partie du prépuce qui entoure le gland. La sensibilité de l'enfant ou du nourrisson à la douleur est équivalente à celle de l'adulte. Si l'enfant est circoncis pour raisons médicales, il bénéficiera d'une anesthésie et d'une prise en charge globale. Mais dans le cas d'une circoncision pratiquée pour des raisons religieuses, hors de l'hôpital, que fait-on de la douleur de l'enfant et des éventuelles complications qui peuvent découler d'une intervention non médicalisée ? Peut-on encore accepter de nos jours la pratique de circoncisions - y compris rituelles - sans aucune anesthésie ?

Les archives

Sponsorisé par Ligatus