Que faire en cas de condylome à l'anus ?

Il existe sûrement des questions que vous avez toujours eu envie de poser à votre médecin, mais vous n'avez jamais osé, par pudeur, crainte, voire même honte. Notre journaliste, Mélanie Morin, se pose ces questions à votre place. Et pour cette chronique, il est question des douleurs de l'anus, un sujet toujours très délicat à aborder.

Rédigé le , mis à jour le

Chronique de Mélanie Morin, du 18 décembre 2013

En cas de condylomes situés au niveau de l'anus, le spécialiste à consulter est le proctologue, le docteur de l'anus en somme. Un proctologue contacté a admis que les lésions de l'anus étaient variées. Il est donc indispensable de montrer ses lésions à un proctologue ou une proctologue pour confirmer le diagnostic. Un autre conseil serait, dans un premier temps, de montrer sa lésion anale à son gynécologue. S'il s'agit vraiment de condylomes, l'anus étant proche de l'appareil génital, il arrive que ces deux localisations soient contaminées.

Qu'est-ce qu'un condylome ?

Un condylome correspond en fait à des verrues qui peuvent être situées dans le canal anal ou à proximité de l'anus. On les connaît également sous le terme de "crêtes de coq". À l'origine de ces verrues, un virus dont on entend beaucoup parler : le papillomavirus. Il faut rappeler qu'on peut être porteur chronique de ce virus, parfois il provoque des lésions comme les condylomes, parfois il n'en provoque pas. Dans la majorté des cas, les défenses immunitaires parviennent à se débarraser du virus. Selon la proctologue interrogée, dans 80% des cas, le condylome disparaît s'il est traité.

Des solutions existent contre les condylomes

Si les condylomes sont peu nombreux et très localisés, dans certains cas on utilise une pommade en application locale qui va stimuler l'immunité de la zone concernée. Le papillomavirus s'exprime d'autant plus si l'immunité est défaillante. Si on a affaire à des condylomes étendus, nombreux, résistants au traitement local, il faudra passer par la chirurgie. Généralement, on retire des verrues au patient pour les analyser et vérifier qu'il s'agit de condylomes et dans le même temps, on détruit les lésions.

Le traitement est appelé électrocoagulation des condylomes. Il s'agit de brûler les condylomes pour les détruire à l'aide d'un bistouri électrique. Cela se pratique sous anesthésie générale. Le proctologue veille à brûler largement la zone car le condylome est pernicieux et peut "re-fleurir" si on en laisse un petit bout en place.

Le papillomavirus, un virus très contagieux

On peut donc traiter le condylome, l'expression du papillomavirus mais le virus est très contagieux. Le port du préservatif est donc obligatoire si les condylomes sont situés sur les parties génitales ou au niveau de l'anus et si la personne atteinte est sexuellement active.

Par ailleurs, le papillomavirus qui touche 6% de la population française ne provoque pas que des condylomes. Il est à l'origine également de lésions pré-cancéreuses responsables du cancer du col de l'utérus mais aussi du cancer de l'anus quand on a affaire à des lésions anales. Il faut donc être vigilant et ne pas attendre quand on remarque de drôles de choses dans ces zones.

Quelques conseils en cas de condylomes à l'anus

En cas de condylomes à l'anus, consultez un proctologue. Dites-vous qu'il a choisi sa spécialité en connaissance de cause et voit des anus à longueur de journée donc ne soyez pas gêné, c'est juste un mauvais moment à passer.

Par ailleurs, si vous n'osez pas parler de vos lésions anales à votre généraliste que vous connaissez bien, il faudrait peut-être penser à changer de médecin. Sachez néanmoins que les proctologues voient très peu de patients envoyés par leur médecin traitant. Généralement, les patients consultent les proctologues de leur propre chef. Le ou la proctologue fait ensuite un courrier au médecin traitant pour respecter le parcours de soins.

N'hésitez pas à envoyer vos questions gênantes via la rubrique "La parole est à vous" ou par mail : allodocteurs@17juin.fr.

En savoir plus sur les condylomes

Sponsorisé par Ligatus