Myocardiopathie dilatée : peut-on la détecter ?

Les rumeurs et les insinuations retombent peu à peu autour des causes de la mort de Gérald Babin, le jeune homme décédé fin mars 2013 sur le tournage de l'émission Koh-Lanta. Selon le pré-rapport d'autopsie, l'homme aurait succombé à une défaillance cardiaque, et souffrait d'une pathologie du cœur : la myocardiopathie dilatée. Ce type de maladie peut aisément passer inaperçu lors d'un examen de routine.

Rédigé le

Myocardiopathie dilatée : peut-on la détecter ?
Myocardiopathie dilatée : peut-on la détecter ?

La myocardiopathie dilatée (MCD) consiste en une mauvaise contraction du tissu musculaire du cœur, associée à une dilatation plus ou moins importante des ventricules, provoquant une diminution du débit cardiaque. Survenant chez une personne sur 2.500, les études suggèrent néanmoins qu'il s'agit d'une pathologie sous-diagnostiquée, "les sujets restent asymptomatiques jusqu'à l'apparition d'un dysfonctionnement ventriculaire marqué."

"Pour cette pathologie, l'électrocardiogramme est très aspécifique", nous explique le cardiologue Jean-Noël Labeque. "De même, une radiographie pulmonaire n'apportera pas systématiquement d'indices." Une anomalie détectée au cours d'un examen fortuit pourra inciter un médecin à réaliser des examens complémentaires. "Cependant, dans la majorité des cas, c'est la présence de symptômes tels qu'un essoufflement à l'effort ou une fatigabilité importante qui incitera le cardiologue à réaliser une échographie cardiaque, seule à même d'établir le diagnostic."

La MCD est associée à un risque accru de mort subite, la pathologie pouvant déboucher sur un trouble fatal du rythme cardiaque.

Une myocardiopathie dilatée peut apparaître à tout âge, la majorité des cas survenant chez des sujets âgés de 20 à 50 ans. Si les formes familiales de MCD constituent de 30 à 48% des cas, l'origine de la pathologie n'est pas toujours connue. De surcroît, "une myocardiopathie dilatée peut être secondaire à toutes les pathologies cardiaques, que celles-ci touchent les valves, les coronaires ou qu'elles soient en lien avec la pression artérielle," observe le docteur Labeque. "Une fois la maladie détectée, on sait la prendre en charge, la suivre et la traiter."

Sources :