Le virus de laboratoire mutant du H5N1 au placard pour 2 mois

Les scientifiques impliqués dans le développement d'une mutation du virus H5N1 capable de se transmettre entre mammifères et potentiellement entre humains, ont annoncé l'arrêt de leurs travaux pendant deux mois.

Rédigé le

Le virus de laboratoire mutant du H5N1 au placard pour 2 mois
Le virus de laboratoire mutant du H5N1 au placard pour 2 mois

Le laboratoire néerlandais, dirigé par Ron Fouchier au centre médical universitaire Erasmus de Rotterdam, avait annoncé en septembre 2011 avoir créé une mutation du virus H5N1 potentiellement capable, pour la première fois, de se transmettre facilement entre mammifères et entre humains. L'OMS s'était inquiétée des "possibles risques et mauvais usages associés à ces recherches".

Dans une lettre publiée dans les revues Science et Nature, les chercheurs ont indiqué qu'au vu des inquiétudes (soulevées) par les récentes recherches sur la grippe aviaire, "les scientifiques travaillant sur les moyens de transmission de la souche H5N1 se sont accordés pour cesser leurs recherches dans ce domaine pendant 60 jours afin de donner du temps à l'opinion internationale de s'exprimer".

"Il nous incombe à nous et au reste de la communauté scientifique de clairement exposer les bénéfices découlant de ces recherches et les mesures prises pour réduire les risques au maximum", écrivent-ils encore. "Nous proposons que cela se fasse dans le cadre d'un forum international où la communauté scientifique se réunirait pour discuter et débattre de ces sujets", soulignent-ils.

Le H5N1 est un virus de la grippe aviaire hautement pathogène. Il ne contamine l'homme que très rarement à ce jour, mais avec un taux de mortalité élevé. En revanche, la mutation génétique du virus (en cas de recombinaison avec un virus humain de la grippe), est le danger numéro 1 pour que le H5N1 puisse devenir un virus humain.

Source : "Pause on avian flu transmission studies", Ron A. M. Fouchier,Adolfo García-Sastre,Yoshihiro Kawaoka& 36 co-authors, Nature(2012)doi:10.1038/481443a

En savoir plus :