Le sida tue de moins en moins de personnes d'après l'Onusida

L'ONUSIDA vient de publier ses chiffres 2010. Le rapport note que le nombre de malades du sida est en hausse, mais que les contaminations sont en baisse par rapport au milieu des années 2000. Selon l'ONUSIDA, c'est le signe que la mortalité recule chez les malades du VIH.

Rédigé le

Le sida tue de moins en moins de personnes d'après l'Onusida
Le sida tue de moins en moins de personnes d'après l'Onusida

Il n'y a jamais eu autant de malades du sida dans le monde. 34 millions de personnes vivent avec le virus du VIH en 2010. Mais ce chiffre serait pourtant porteur d'une bonne nouvelle : un meilleur accès aux traitements a contribué à réduire le nombre de décès par rapport au milieu des années 2000. En 2010, 1,8 millions de personnes sont décédées des suites du sida contre 2,2 millions en 2005.

"Nous sommes à l'aube d'une avancée significative dans la riposte au sida", s'est félicité Michel Sidibé, directeur exécutif d'ONUSIDA, qui n'hésite pas a parler d'espoir de fin de pandémie. Ce chiffre est doublé d'un autre constat encourageant : le nombre de nouvelles infections a atteint son niveau le plus bas depuis la fin des années 1990, avec 2,7 millions de contaminations en 2010 (dont 390 000 chez des enfants), soit une baisse de 21 % par rapport au pic de 1997. 

Des progrès... surtout en Europe et en Amérique du Nord

68 % des malades actuels vivent sur le continent africain, où 5 % de la population vit avec le virus du sida. Les Caraïbes sont la deuxième région du monde la plus touchée par la pandémie, avec 200 000 personnes malades. Puis vient l'Europe de l'Est, très touchée, avec 1,5 millions de séropositifs et 90 000 décès en 2010. C'est en Europe et en Amérique du Nord que les chiffres sont les plus stables : 2,2 millions de personnes sont atteintes du VIH. L'accès aux traitements y a fait baisser la mortalité.

Un coup de communication

"C'est faux, l'épidémie est loin d'être arrêtée", contredit Eric Fleutelot, secrétaire général de l'association Sidaction. "C'est un coup de communication de la part d'ONUSIDA. Si on compare les chiffres de 2010 aux chiffres de 2009, on voit que le nombre de décès n'a pas baissé. Pire, il y a plus de personnes vivant avec le virus, donc plus de contaminations. Quand je regarde ce rapport, je ne vois malheureusement rien d'encourageant. Il y a plus d'enfants contaminés à la naissance, les chiffres de mortalité augmentent en Asie, en Amérique du Sud et en Europe de l'Est". Selon Eric Fleutelot, on peut tout de même constater un progrès : celui de l'accès au soin. "Il n'y avait que 5 millions de malades traités en 2007, on en comptait 6 millions en 2009 et on en espère 7 millions d'ici à fin 2011", précise-t-il.

En savoir plus

 

  • ONUSIDA
    Rapport ONUSIDA sur l'épidémie mondiale de sida 2010.