La rhinite allergique

Ch@t du 7 janvier 2013 de 15h à 16h : Le Dr Florence Trébuchon, allergologue et le Dr Jean-Francois Papon, chirurgien de la face et du cou, ORL, ont répondu à vos questions.

Rédigé le

La rhinite allergique
La rhinite allergique

La rhinite allergique se caractérise par une inflammation de la muqueuse nasale, qui provoque un ensemble de symptômes : éternuements à répétition, le nez qui coule, les yeux rouges ou irrités... dus aux allergènes.

Les allergènes sont des composants naturels de l'environnement comme les pollens ou les poils de chat, mais le système immunitaire d'une personne sensibilisée ou allergique y réagit de manière inappropriée.

Il existe deux types de rhinites allergiques : la rhinite saisonnière ou rhume des foins survient de manière intermittente, en réaction au pollen. La rhinite persistante (ou apériodique) est entretenue par des allergènes constamment présents dans l'environnement de la personne. La rhinite allergique peut être associée à un asthme, une conjonctivite allergique ou à d'autres pathologies comme la sinusite ou l’otite.

Pour anticiper les manifestations de la rhinite allergique, il faut éviter de s'exposer à des allergènes aériens, à la fumée de cigarette ainsi qu'aux autres irritants des voies respiratoires.

Les manifestations de la rhinite allergique peuvent se traiter par la prise de différents médicaments pour les calmer. Les antihistaminiques notamment calment les éternuements, les chatouillements et les écoulements du nez ainsi que les démangeaisons des yeux et de la gorge. Lorsque les traitements médicamenteux n'agissent pas, on peut injecter progressivement dans l'organisme de la personne allergique une dose croissante de substance allergène qui permettra une insensibilisation progressive.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

 Quelques conseils abordés en plateau concernant la rhinite :

  • En cas de rhinite persistante, ne pas hésiter à faire un bilan allergologique, pour avoir toutes les certitudes de ce qu'est une rhinite et de ce qui n'en serait pas une. Il faut en effet identifier le ou les allergènes pour prendre le traitement approprié.
  • Eviter les vasoconstricteurs, ces décongestionnants nasaux utilisés lorsque le nez est bouché. L'effet de ces gouttes est immédiat mais de courte durée, il faut en mettre de plus en plus à chaque fois, on devient ainsi vite dépendant !
    Il y a des conséquences à long terme et il faudra par la suite sevrer les patients des ces vasoconstricteurs avec d'autres médicaments voir par des gestes instrumentaux. Il existe également une contre-indication de ces produits pour les hypertendus ou les cardiaques à cause de la vasoconstriction et l'effet rétrécissement du calibre des vaisseaux sanguins qui peut être le même pour les vaisseaux coronaires ou cardiaques.
  • Les seules désensibilisations qui sont efficaces sont les désensibilisations pour les acariens, pour les pollens de graminés (bouleau, frêne, cyprès), d'arbres, et les herbacées. Pas d'efficacité prouvée concernant les animaux.
  • Possibilité de désensibiliser les personnes polyallergiques mais pour le même allergène.
  • Le lavage de nez au sérum physiologique est une bonne indication, le rincer régulièrement le matin et le soir. (1 litre d'eau pour une cuillère à soupe de gros sel) avec une grosse seringue.
  • Pour éviter que la rhinite ne se transforme en asthme : se faire dépister et traiter le plus vite possible.

 

 

Sponsorisé par Ligatus