La prise en charge des urgences ophtalmologiques

Quelles sont les urgences ophtalmologiques ? Certains symptômes doivent en effet alerter et motiver une consultation systématique. Qui appeler ? Comment prend-on en charge les urgences ophtalmologiques ? Les explications avec le Dr Gérald Kierzek, urgentiste.

Rédigé le , mis à jour le

Quelles sont les urgences ophtalmologiques ?

Certains symptômes doivent alerter, car on les retrouve dans la plupart des urgences ophtalmologiques. C'est le cas d'une baisse brutale de la vision (d'un côté ou de l'autre), d'une amputation du champ visuel ou d'une douleur violente oculaire. De même, une vision qui apparaît soudainement déformée, une vision double, doit vous amener à consulter. Cela peut être le signe d'un problème ophtalmologique ou neurologique. Par exemple, un AVC ou une oblitération de l'artère centrale de la rétine se manifestent par une baisse brutale de l'acuité visuelle, y compris transitoire.

Une autre raison légitime de consultation aux urgences est le traumatisme oculaire : tout traumatisme oculaire avec ou sans trouble de la vision ou douleur, est potentiellement grave jusqu'à avis contraire d'un spécialiste.

Qui appeler en cas d'urgence ophtalmologique ?

Dans toutes les situations précédemment citées, il faut appeler immédiatement son ophtalmologiste ou un ophtalmologiste et consulter. Si la consultation n'est pas possible ou si le praticien n'est pas disponible, appelez le SAMU/Centre 15 pour qu'il vous oriente vers un ophtalmologiste ou le centre hospitalier le plus proche assurant une permanence de soins et s'y rendre immédiatement.

Il vaut mieux consulter pour rien que de passer à côté d'une urgence grave. Les signes d'appel les plus spectaculaires ne sont pas forcément les plus graves (et inversement): une simple allergie (conjonctivite) peut être très gênante mais n'a par exemple aucune incidence sur la vision future.

Que faire en cas de glaucome aigu ?

Bien que rare, le glaucome aigu par fermeture de l'angle (à ne pas confondre avec le glaucome chronique, qui, lui, est fréquent et qui correspond à une augmentation de la tension de l'oeil) est susceptible d'aboutir à la destruction du nerf optique en quelques heures.

Le globe oculaire est une coque inextensible avec un liquide. Physiologiquement, et donc normalement, le liquide est évacué par le biais d'un filtre : le trabéculum, et il y a un équilibre entre sécrétion et évacuation. Mais parfois (en raison de la forme de l'œil ou d'un cristallin un peu gros), la pression dans l'œil augmente et les fibres du nerf optique en souffrent.

Les symptômes sont de violentes douleurs, un œil rouge et des troubles de la vision d'installation brutale. Dans ce cas, pas de temps à perdre direction l'hôpital. Le traitement repose sur des médicaments hypotonisants et un traitement chirurgical.

Que faire en cas de déchirure rétinienne ?

Le décollement de rétine touche 10.000 Français par an. La rétine est située dans la partie postérieure de l'oeil. Elle est le siège principal de la vision. Elle tapisse le fond du globe oculaire et est principalement constituée de cellules photoréceptrices. L'information visuelle est ensuite transmise au cerveau par le nerf optique, prolongation de la rétine. Le décollement de la rétine, souvent consécutif à une déchirure rétinienne laisse passer du liquide sous la rétine et entraîne la perception de points bleutés, lumineux et fixes, voire d'éclairs lumineux.

Il y a certains facteurs de risque :

- à partir de 40 ans ;
- chez les personnes atteintes de myopie (plus le degré de myopie est important, plus le risque augmente) ;
- si un œil a déjà été atteint de décollement de la rétine ;
- après une opération de la cataracte ;
- suite à un traumatisme oculaire ;
- en cas d'atteinte de la rétine lors d'un diabète ;
- en cas d'antécédents familiaux de décollement de rétine.

Les chances de sauver la vision sont d'autant plus grandes que la prise en charge a été rapide et le traitement est chirurgical. Il consiste à réappliquer la rétine décollée.

Quid des porteurs de lentilles ?

Les ulcérations et les abcès de cornée touchent les porteurs de lentilles qui ne suivent pas scrupuleusement les précautions d'usage : lavage des mains avant manipulation, durée de vie des lentilles, entretien, etc.

VOIR AUSSI