Ch@t : Je somatise...

Ch@t du 12 mai 2014 de 15h à 16h : le Pr Pascal Cathébras, chef du service de médecine interne au CHU de Saint-Etienne et le Dr Charlotte Tourmente ont répondu à vos questions. Maladies de peau, mal de dos, mal de ventre, hypertension… Et si tout était dans notre tête ou du moins influencé par notre état psychique ? C'est ce qu'on pense en tout cas quand on évoque la somatisation. Ce terme vient du grec "soma" qui veut dire "corps".  

Rédigé le

Ch@t : Je somatise...
Ch@t : Je somatise...
Sommaire

Les réponses du Docteur Charlotte Tourmente

  • Je suis en dépression suite à une 2ème opération thoracotomie (hernie hiatale), j'ai subi un choc je suis sous prozac® et j'ai entamé une psychanalyse mais je ne ressens plus de plaisir et de joie dans la vie, que faire de plus pour allez mieux ?

Soyez patiente, avec les antidépresseurs et la prise en charge psy vont vous aider. Vous voulez vous en sortir, c'est essentiel et c'est le début d'une amélioration. Courage !

Elle peut être infectieuse, voici un lien : http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-qu-est-ce-qu-une-glossite-ou-langue-geographique-_2052.html

  • En cas de gros stress (exemple récent : un concours), j'ai de gros soucis digestifs, qui me coupent l'appétit et qui provoquent diarrhée et inconfort digestif, comment en venir à bout simplement et naturellement ?

Je vous conseillerais la relaxation (méditation, hypnose,...) afin d'apprendre à gérer le stress. Un soutien psychologique avec un psychothérapeute (médecin, psychologue), pourrait sans doute vous aider.

  • Comment sortir du cycle infernal mauvais sommeil qui entraîne somatisations qui entraînent elles mêmes un mauvais sommeil ?

Consultez un centre du sommeil, ayez une bonne hygiène de vie, voici un lien : http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-cinq-conseils-pour-mieux-vivre-ses-insomnies_12671.html

  • Pensez-vous que la kinésiologie peut aider ?

La kinésiologie n'est pas reconnue à l'heure actuelle et est assimilée à un mouvement sectaire.

Avoir une bonne hygiène de vie, faire de la relaxation, de l'hypnose, parfois suivre une cure thermale,... Il existe des médicaments pour soulager un peu les symptômes. http://www.allodocteurs.fr/maladies/intestins-et-estomac/syndrome-de-l-intestin-irritable/syndrome-de-l-intestin-irritable-un-trouble-encore-mal-connu_9453.html

  • Je suis sous effexor®, j'ai une douleur dans la poitrine dès que je suis au repos ou la nuit quand je suis en sommeil léger. Que prendre en plus de l'effexor®, j'ai essayé sédatif pc, euphytose... sans succès.

Parlez-en au médecin qui vous a prescrit l'effexor®, il n'est peut-être pas suffisant. Pratiquez en complément la relaxation qui peut vous aider à mieux vivre ces symptômes. Ayez une bonne hygiène de vie.

  • Je suis hypocondriaque + trés angoissé. J'ai une mycose vaginale qui ne passe pas. Est-ce que cela peut être dans la tête ?

Le terme mycose signifie qu'il y a un champignon, donc ce n'est pas "dans la tête". Le stress peut diminuer les défenses immunitaires et rendre plus sensibles aux infections.

Ca peut être un complément intéressant.

  • Suite à de nombreux problèmes familiaux, j'ai un syndrome de stress post-traumatique et je suis suivie par un psy mais j'ai également eu une hépatite fulminante d'origine et de cause inconnue pourrait-elle être d'origine psychosomatique ?

La cause de l'hépatite n'est pas toujours retrouvée sans que cela soit psycho-somatique, ce n'est pas facile à accepter mais la médecine a hélas des limites.

  • Atteinte de névralgie d'Arnold, les douleurs s'amplifient lorsque je suis stressée ou nerveuse, comment gérer ça ?

En apprenant à mieux gérer le stress ou la nervosité, notamment avec de la relaxation ou de la méditation et en ayant une bonne hygiène de vie (activité physique, réduction des excitants, bon sommeil,...). C'est bien sûr en complément de la prise en charge médicale.

  • Lorsque je suis stressé, j'ai de fortes envies d'uriner (avec effectivement un volume d'urine important) et une hypersudation (au niveau des aisselles les antitranspirants suffisent à enrayer la chose, mais au niveau du pli interfessier je n'ai rien trouvé qui puisse limiter cette sudation). Qu'existe t-il comme moyen de limiter ces symptômes très handicapants pour mon quotidien ?

Un dermatologue pourrait vous aider pour l'hypersudation. Apprendre à mieux gérer le stress peut être une piste : un professionnel pourrait vous aider, la pratique de la relaxation ou de la méditation aussi, tout comme une bonne hygiène de vie (sport, alimentation, sommeil,...).

  • En période de stress intense j'ai tendance à refaire une poussée de mon hépatite et ma psy m'a dit que je somatisais peut être mais comment pourrais-je faire pour ne plus tomber malade en cas de situation stressante ?

Apprenez à mieux gérer le stress, votre psy peut vous aider, faites de la relaxation, ayez une bonne hygiène de vie.

  • Je somatise à tout va. Seule réponse : anxiolytique et/ou Dogmatil®. Pourrais-je compter sur un autre traitement plus naturel ?

La relaxation, l'hygiène de vie, l'acupuncture peut-être même si le niveau de preuve n'est pas recommandé. N'arrêtez pas votre traitement sans avis médical bien sûr, ces conseils sont en complément.

  • Est-ce qu'un trouble DMLA peut être psychosomatique ? Après toute une batterie d'examens tout est nickel mais le symptôme persiste (trouble de la vue sur un oeil).

Si la DMLA est diagnostiquée, non ce n'est pas un trouble psychosomatique.

  • Est-ce qu'on peut arrêter les anti-dépresseurs au bout de 10 ans... Je n'ai plus envie d'être dépendante, et surtout je ne veux pas terminer avec la maladie d'Azheimer.

Cela doit se faire en accord avec votre médecin si votre santé le permet, et avec une diminution très progressive.

  • J'ai développé du psoriasis au niveau du cuir chevelu après une grosse période de stress. Malgré les traitements dermato, le psoriasis revient dès que je suis stressée, est-ce que cela pourrait se développer sur le reste du corps par la somatisation ? J'essaie de me mettre régulièrement au yoga et à la méditation mais les solutions pour vaincre l'anxiété ne sont pas très efficaces dans mon cas.

Le yoga et la méditation peuvent ne pas vous convenir, avez vous essayé d'autres approches (sophrologie, hypnose) ? L'activité physique est aussi recommandée.

  • Chez moi, tout se passe dans le ventre. J'ai des colites spasmodiques, et le syndrôme du côlon irritable. Ces maux de ventre sont liés à un état de stress ou d'anxiété sous-jacent, et les anti-spasmodiques recommandés par mon docteur ne fonctionnent pas. Vers quels traitements (médicaux ou naturels) puis-je me tourner pour me débarrasser de ces maux qui empoisonnent mon quotidien ?

Voici un lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/intestins-et-estomac/syndrome-de-l-intestin-irritable/syndrome-de-l-intestin-irritable-un-trouble-encore-mal-connu_9453.html

  • Lorsqu'on souffre d'acouphène de plus en plus difficile à gérer et non perceptible pour son entourage, peut-on parler de somatisation ?

L'acouphène est non perceptible par l'entourage par définition, ce n'est pas pour cette raison qu'il est somatique. Consultez un ORL spécialisé dans la prise en charge des acouphènes.

  • Je suis d'un caractère anxieux et je fais parfois des crises d'urticaires, toujours la nuit, vers 2h du matin. Est-ce lié au stress ? Peut-il y avoir d'autres origines ?

Oui, il peut y avoir dans certains cas d'autres origines : auto-immunes par exemple.

  • Je souffre de RGO et acidose (je tousse quand je mange), les oreilles qui me gratent le nez parfois qui coule. Est-ce que c'est causé par le stress ?

Faites un bilan auprès d'un gastro-entérologue et d'un ORL.

  • Depuis plusieurs années je souffre d'une douleur au genou gauche sans explication (un neurologue a dit que tout était ok). Récemment un acupuncteur m'a dit que cela venait de mon père (côté gauche) et de la peur d'avancer (la localisation au genou). Qu'en pensez-vous ? Comment faire partir cette douleur ?

Un rhumatologue vous a-t-il vu ? Je ne suis pas familière avec les explications des acupuncteurs... Si votre médecin ne trouve pas de médicament efficace sur la douleur, consultez un centre de la douleur.

  • Je suis anxieuse, je souffre de mon incessante inquiétude qui provoque, me dit-on , diverses maladies. Que pensez-vous d'une éventuelle prise d'euphytose, cela m'aiderait ?

C'est possible, cela aide certains patients.

  • L'algodystrophie peut elle avoir une origine somatique ?

Il y a des lésions bien réelles : http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-algodystrophie-la-douleur-des-organes-mal-irrigues_1909.html

  • J'ai de la couperose, j'ai 52 ans. Cela me stresse. Est-ce que la couperose est psychosomatique ?

C'est une maladie multi-factorielle, le stress peut faire monter la tension artérielle et majorer la couperose.

  • Suite à une grosse gastro-entérite il y a 5 mois, j'ai perdu environ 4kg. Je ne pèse que 49kg et n'arrive plus à retrouver mon poids normal ! Mon syndrome du côlon irritable y est-il pour quelque chose ? Est-ce que je n'arrive pas à retrouver mon poids à cause de ma nervosité, mon terrain anxieux ?

Il faut d'abord vérifier que tout est ok sur le plan gastrique et intestinal. Consultez un nutritionniste ou un diététicien, apprenez à mieux gérer votre anxiété.

  • Vous recommandez d'aller dans un centre anti douleur pour la fibromyalgie mais en ce qui me concerne j'en ai fait deux et à chaque fois la seule chose qu'on me propose ce sont des traitements par comprimés et aucune autre discipline. Je ne supporte aucun médicaments (gastrite) c'est bien difficile de se soigner. Je souhaite beaucoup de courage à toutes les personnes qui viennent d'écrire.

Normalement, ils proposent une prise en charge multi-dsciplinaires avec en plus du traitement médicamenteux de l'hypnose, un soutien psychologique, des moyens physiques (chaud, froid, massage), etc. Bon courage...

Une cause n'est pas toujours retrouvée.

 

 

 

Les réponses du Pr Pascal Cathébras, chef du service de médecine interne au CHU de Saint-Etienne

  • A chaque fois que je dois passer une visite médicale, je suis hyperstressé et je suis hypertendu et tachycarde. Que faire ?

Vous êtes donc anxieux, cela concerne t-il seulement cette situation ?

  • Que pensez-vous de l'hypnose sur les douleurs qu'on n'arrive pas à soigner par l'allopathie ?

C'est une aide, mais ça n'est pas magique.

  • J'ai 25 ans et depuis mon adolescence je présente souvent des troubles digestifs, j'ai fais des coloscopies, toutes sortes d'examens qui n'ont rien révélés, je suis de nature très stréssée et depuis un mois environ les crises concernant les troubles digestifs ont repris, je m'alimente très peu car cela me provoque des douleurs, les examens ne révèlent rien, comment sortir des angoisses ?

Vous souffrez sans doute d'un syndrome de l'intestin irritable ou colopathie fonctionnelle. Dans votre acas des approches psychocorporelles seraient sans doute utiles (sophrologie par exemple) puisque vous reconnaissez le rôle de l'anxiété.

  • Est-ce qu'une fibromyalgie peut-être dû à une tendinite de la patte d'oie mal soignée ?

Une fibromyalgie a toujours plusieurs "causes" : une douleur localisée tendineuse qui dure peut y avoir contribué, mais ça n'explique pas tout.

  • J'ai un Crohn, 1 an avant une de mes tante en a eu aussi cette maladie et 15 jours avant les tous premiers signes de la maladie, je me suis fais une grosse frayeur alimentaire. Alors somatisation ou pas ?

Les poussées des maladies auto-immunes ou inflammatoire comme le Crohn peuvent être déclenchées par le stress, mais il faut aussi d'autres facteurs (génétiques, microbiens, etc.). Plus personne ne pense que la maladie de Crohn puisse être une maladie exclusivement "psychosomatique" (c'était l'idée dans les années 30).

  • Des difficultés pour avaler, qui arrivent subitement, sont-elles liées à la somatisation ?

Cela peut en effet être un symptôme d'anxiété, mais d'autres maladies comme des troubles moteurs de l'oesophage peuvent aussi en être la cause.

  • Qu'en est-il des maladies auto-immunes ? Peuvent-elles être d'origine psychosomatique ?

Pas exclusivement, même si les poussées de ces maladies peuvent (parfois) être déclenchées par des facteurs psychologiques.

  • J'ai un raclement de gorge depuis 2-3 mois qui me gêne beaucoup. Malgré un traitement pour une bronchite, des fluidifiants pour sécrétions, des antihistaminiques, des reflux gastriques, je n'ai aucune amélioration. Est-ce que cela peut être nerveux ou psychosomatique ?

Ce peut en effet être un symptôme d'anxiété, en général favorisé par l'hyperventilation.

  • Je suis atteinte de la crampe de l'écrivain et je souhaiterais savoir si elle peut être d'origine psychologique ?

C'est une dystonie qui en effet peut avoir au moins une part d'explication psychologique.

  • Cela fait 7 ans maintenant, j'ai vécu une période de 6 mois de RSA, à la suite de quoi, j'ai eu une fâcheuse impression d'étouffer (gorge sèche, difficulté à respirer etc.. ). Aujourd'hui je rationalise. Sauf que depuis maintenant 3 mois, je revis cette impression d'avoir quelque chose dans la gorge à un endroit précis et ciblé. Les médecins encore que je psycho somatise...

Si les examens ORL sont normaux, alors il est en effet probable que l'anxiété soit un facteur important, même si la douleur est localisée en raison d'une "épine irritative" très ténue.

  • Je fais de l'hypertension mais j'ai peur de consulter un cardiologue et de me faire traiter car à mon avis cette hypertension due à un stress passager. Un cardiologue sait-il faire la différence entre une hypertension normale et une hypertension psychosomatique ?

Une mesure de la pression artérielle sur 24 heures à la maison permet en général de faire la part des choses. Certaines hypertensions sont négligées car trop facilement attribuées au stress.

  • Comment savoir si une maladie de type inflammatoire (genre polyarthrite rhumatoïde....) est psychosomatique, réellement médicale (antécédents familiaux) ou bien le signe de la fibromyalgie. A qui s'adresser, un médecin interniste est-il préparé à ces différents cas ?

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie essentiellement immunologique. Elle est douloureuse et peut se compliquer de fibromyalgie chez environ un quart des malades. Il ne faut pas interpréter les douleurs comme nécessairement le signe d'un mauvais controle de la PR par les médicaments à visée immunologique, mais prendre en charge la FM pour elle même, en plus. La plupart des rhumatologues et des internistes savent faire la part des choses, même si parfois en particulier au début de la maladie ou s'il manque des marqueurs immunologiques, le diagnostic peut hésiter un peu.

  • Mon médecin m'a dit que je suis fibromyalgique (contractures dos, colopathie, eczema, ..). J ai réalisé de nombreuses analyses (radios, biologiques, ...) qui ne révèlent rien. Serait-ce judicieux d'aller consulter un spécialiste de la somatisation ? Ou peut-on se procurer les adresses des spécialistes de cette discipline ?

La fibromyalgie est un trouble très fréquent (2 à 4% de la population générale), cela ne relève pas de spécialistes spécifiques. Dans les cas les plus réfractaires, une prise en charge multidisciplinaire de type centre de la douleur permet de faire intervenir différentes modalités de traitement, physique et psycologique, mais la plupart des cas devraient pouvoir etre gérés par le médecin génaraliste ou le rhumatologue.

  • J'ai 20 ans, et une arthrite juvénile depuis l'âge de 2 ans. Il y a 2 ans j'ai eu une violente crise, et depuis j'ai de fortes douleurs non-stop à toutes les articulations. Mes analyses sont bonnes même en temps de crise, et ce n'est pas facile d'être prise au sérieux. Mon entourage me répète que je somatise et j'ai mal parce que je le veux bien. Que faire pour faire entendre ma douleur ?

Chez vous les choses sont bien sûr complexes, mais même si une part supplémentaire de vos symptômes sont liés à des facteurs psychologiques, ce n'est pas juste de vous en considérer comme responsable. Il est probable que votre maladie infammatoire se complique d'un syndrome fibromyalgique (sensibilisation du système nerveux à la douleur), et il faut sans doute envisager d'autres mesures que les traitements de l'AJ, centrées sur la FM.

  • D'après vous y aurait-il un lien entre une hypertension en présence de personnel médical et un échec au concours de médecine assez mal vécu ?

Pourquoi pas, mais ça c'est le "sens" psychologique que vous donnez à vos symptômes, il faut distinguer "sens" et "cause" des troubles.

  • J'ai 30 ans et des problèmes de dos chronique depuis mes 15 ans, après une batterie d'examens, on suspecte une spondylarthrite ankylosante mais personne n'en est vraiment sur. Ma sœur qui a 22 ans se trouve dans le même cas que moi. Ce peut-il que nos maux soient psychosomatiques (aucun médecin ne nous en a parlé et de ce fait génétique ?

C'est vrai qu'il est parfois difficile d'affirmer le diagnostic de SPA. La sensibilité aux anti-inflammatoires est un bon signe, par exemple, le douleurs de la fibromyalgie sont insensibles aux AINS. La SPA a plus de facteurs génétiques que la fibromyalgie.

 

 

En savoir plus

Les premiers textes qui décrivent des troubles sans cause organique décelable remontent à la haute Egypte, deux siècles avant Jésus Christ. On y retrouve notamment la description de la fameuse boule dans la gorge. Mais à partir du Moyen-Age, le dualisme entre l'âme et le corps prévaut. On refuse ce lien entre les manifestations physiques et les causes psychologiques. Il faudra attendre Freud et la découverte de l'inconscient, puis ses successeurs, pour mettre la psychosomatique au goût du jour.

Après être longtemps restées le domaine réservé des psys ou des médecines parallèles, les maladies psychosomatiques intéressent aujourd'hui les plus grands scientifiques. Qu'est-ce qu'une maladie psychosomatique ? Certains y sont-ils prédisposés ? Comment prendre en charge les patients en souffrance ? Deux spécialistes vous répondent lors de ce ch@t.


Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Ailleurs sur le web :