Cancer et diagnostic : des tests génétiques ?

Pourquoi ne pas faire des tests génétiques lors d'un cancer du sein ? Le diagnostic serait plus précoce pour les générations futures.

Rédigé le , mis à jour le

Cancer et diagnostic : des tests génétiques ?

Les réponses avec le Pr. Gilles Freyer, cancérologue au centre hospitalier Lyon Sud :

"Il y a une toute petite proportion des cancers qui sont d'origine génétique et quand on dit génétique, on dit héréditaire c'est-à-dire que la prédisposition peut se transmettre à la descendance. La plupart des cancers sont quand même sporadiques, ils arrivent pour un tas de causes mais pas en raison de la familiarité. On repère les cancers d'origine génétique car ils apparaissent chez des gens jeunes, moins de 40 ans, parce qu'il y a de nombreux cas dans la famille apparentés au premier degré mais aussi parce que l'on va trouver sur la tumeur des petites anomalies génétiques qui font penser qu'elles sont le reflet d'anomalies qui peuvent exister dans les cellules normales.

"Lorsque c'est le cas, on va chercher ces anomalies dans les cellules normales en faisant une prise de sang, si ces anomalies sont retrouvées, il y a deux conséquences. D'abord on va tester la famille pour la soumettre à une surveillance spécifique et puis chez le patient, on va rechercher des cancers survenus dans d'autres endroits de l'organe."

En savoir plus :

Questions/réponses :

  • A quelle vitesse en moyenne un cancer évolue-t-il si le diagnostic n'est pas fait précocement ?
    Faut-il faire un check-up par le biais d'un scanner corps entier ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Dans l'avenir un examen radiologique pourra-t-il dépister tous les cancers au stade de quelques cellules cancéreuses ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Quels symptômes doivent nous faire consulter rapidement un médecin ?
    Voir la réponse en vidéo*

  • Un cancer se voit-il obligatoirement dans une prise de sang ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Pr. Pierre-Jean Valette, radiologue et le Pr. Gilles Freyer, cancérologue, tous deux au centre hospitalier Lyon Sud