Un jeune homme décède après une probable inhalation de protoxyde d'azote

L’homme de 22 ans a été victime d’un arrêt cardio-respiratoire après avoir probablement consommé du protoxyde d’azote. Des cartouches de gaz hilarant et des ballons de baudruche ont été retrouvés dans sa voiture.

Mathis Thomas avec AFP
Rédigé le
Un jeune homme décède après une probable inhalation de protoxyde d'azote

Un jeune homme de 22 ans est décédé, ce samedi 6 août, alors qu’il rentrait chez lui après une soirée, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Des cartouches de protoxyde d'azote ont été retrouvées dans le véhicule du défunt. Sa petite amie a également confirmé qu’il venait de consommer du “gaz hilarant”.

Une autopsie ainsi que des examens toxicologiques sont en cours pour établir un possible lien entre l’inhalation de protoxyde d’azote et le décès du jeune homme. Facile à se procurer sur internet, le protoxyde d'azote est utilisé dans les siphons en cuisine, comme analgésique en médecine, et de plus en plus souvent à des fins récréatives.

À lire aussi : Comment le gaz hilarant est-il devenu un anesthésique ?

Brûlures, pertes de connaissance et asphyxies

Apprécié pour ses propriétés euphorisantes, il fait de plus en plus d’adeptes mais ses conséquences sur la santé ne sont pas connues de tous. “C’est vrai que depuis quelques mois, on voit une émergence de la toxicité et des conséquences du produit”, souligne le Dr. Thierry Gendre, neurologue à l’hôpital Henri-Mondor AP-HP. 

D’après le neurologue, une consommation excessive de protoxyde d’azote attaquerait directement les nerfs et serait ainsi responsable de plusieurs troubles de la marche. Brûlures, pertes de connaissance, asphyxies mais aussi problèmes neurologiques, voire cardiaques ou psychiatriques : les cas de troubles graves liés à la consommation de "proto" ont explosé ces dernières années. 

"La consommation associée d’alcool et de drogues lors d'un épisode d'inhalation majore la survenue de ces risques

", selon le site internet Santé.fr, service public d'information en santé.

Gaz hilarant : “Si j’avais su, je n’en aurais jamais consommé”  —  Allodocteurs.fr

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !