1. / Sexo
  2. / Homme
  3. / Pénis

Le pénis en sept questions

Le pénis alimente les fantasmes et beaucoup d'informations plus ou moins réalistes circulent à son sujet... 

Rédigé le

Le pénis en sept questions
© Fotolia

• La taille du pénis est-elle proportionnelle à la taille des doigts ?

C''est une idée reçue tenace, renforcée par quelques études, notamment une asiatique en date de 2011. Elle retrouve que le pénis est d'autant plus grand que l'index est plus petit que l'annulaire... Ce "ratio digital" serait le reflet de l'exposition à la testostérone prénatale (qui conditionne la croissance du pénis et celles de doigts).

"Globalement, il n'y a pas de corrélation entre la taille ou le poids de l'homme et et la taille de son pénis, recadre le Dr Faix, urologue sexologue, responsable du Comité d'andrologie et de médecine sexuelle de l'Association Française d'Urologie. Il y a peut-être des corrélations avec la taille de la main et des doigts mais il y a très peu d'études sur très peu d'ethnies. Il est donc très difficile de tirer des conclusions fiables !" Il semble donc inutile de scruter les mains d'un homme pour être fixé sur sur la taille de son sexe...

• Un homme peut-il avoir une érection et uriner en même temps ?

L'expression très élégante "gourdin du matin, pipi du matin" se fonde bien sur une réalité anatomique. "Bien sûr que l'on peut avoir une érection et uriner, confirme l'urologue.

Beaucoup d'hommes l'expérimentent puisqu'ils ont une érection du matin, dite "automatique" (sans stimulation particulière) et en même temps, ils ont envie d'uriner. C'est aussi pour cela qu'ils en mettent souvent à côté..." De là à les excuser d'en mettre partout, il y a un pas que les partenaires ne franchiront pas !

• Peut-il éjaculer et uriner simultanément ?

En revanche, il est impossible d'éjaculer et d'uriner simultanément. Pour le comprendre un peu d'anatomie est nécessaire : le sperme et l'urine empruntent le même canal pour être évacués du corps l'urètre, mais l'un vient de la prostate et l'autre de la vessie.

La prostate et la vessie, plus précisément le col vésical, se rejoignent donc au niveau de l'urètre. Le col vésical s'ouvre pour laisser passer l'urine et l'urètre dispose d'un sphincter (sorte de verrou) qui s'ouvre quand l'urine est émise. Quand l'éjaculation se produit, il y a une hyperpression sur le col de la vessie qui se ferme et rend impossible la miction.

" C'est comme un aiguillage de train et c'est soit l'émission d'urines soit l'éjaculation, précise le Dr Faix. Ce n'est pas possible en situation physiologique mais avec des anomalies neurologiques, comme la neuropathie du diabétique, le col vésical peut être ouvert durant l'éjaculation. L'éjaculation et la miction peuvent se faire en même temps. Mais l'homme ne voit que l'urine...."

Autre exemple évoqué par l'urologue : chez les patients opérés d'un adénome de la prostate, la première miction après l'orgasme où il n'y a pas eu d'éjaculation contiendra du sperme (comme le col est ouvert, le sperme qui n'a pas été expulsé passe dans la vessie). C'est ce que l'on appelle une éjaculation rétrograde.

• Combien d'érections un homme a-t-il chaque jour ?

La variante est parfois 5 ou 11 érections mais dans tous les cas, "c'est très variable d'un homme à l'autre ! s'exclame le Dr Faix. La majorité des érections des hommes surviennent la nuit. Certains hommes ont à l'extrême 3-5 heures la nuit et d'autres 10 mn mais la moyenne est d'1 heure par nuit environ."

La journée, un homme n'a pas d'érection ou peu et cela dépend de plusieurs facteurs, des stimulations, de son activité sexuelle, s'il se masturbe ou pas. "La durée moyenne d'un rapport est de 10 à 12 minutes, avec en moyenne 3 rapports par semaine, ça ne fait pas beaucoup comparé aux 1 à 2 heures nocturnes !"

• Les pénis sont-ils de plus en plus petits ?

Une étude italienne en 2012, menée par le Pr Carlo Foresta et relayée en France par divers sites, avait observé que la taille de pénis ayant diminué de près d'1 cm entre 1948 et 2012. Une observation qui n'est en rien prouvée formellement...

"Il y a de plus en plus de malformations de l'urètre et de la verge qui sont associées à des verges plus petites tout comme il y a plus de de cancers du testicule et de problème de fertilité, constate le spécialiste. C''est peut-être en lien avec des facteurs toxiques, des perturbateurs endocriniens, des changements de mode de vie des pays occidentaux... Mais on ne peut pas affirmer scientifiquement que la taille de la verge diminue !"

• Les hommes homosexuels ont de plus grands pénis que les hétérosexuels ?

Encore une étude qui pourrait faire tirer des conclusions hâtives sur la taille du pénis et l'orientation sexuelle... Publiée en 1999 dans les Archives of sexual behaviour, des chercheurs ont comparé des données issues du Kinsey Institute et collectées entre 1938 et 1963. Verdict des auteurs (et de certains journalistes) : les gays ont de plus grands pénis que les hétéros !

" Dans cette étude, l'échantillon d'hommes ne représente pas la population normale (22% d'homosexuels dans l'échantillon alors que la proportion est plus proche des 3 à 5%), analyse le chirurgien. Le faible échantillonnage et le biais statistique ne permettent donc pas de conclure. Il y a des études qui suggèrent que peut-être il y a plus de testostérone chez les gays, donc cela pourrait jouer sur la taille."

• Le pénis raccourcit-il de moitié à cause du froid ?

De moitié, c'est sans doute excessif... mais l'impact du froid sur la taille est bien connu : "le froid comme le stress ont des effets sur la taille du pénis ! confirme le Dr Faix. La verge est composée en grande partie de fibres musculaires lisses, un type de fibre musculaire qui réagit au froid ou au stress. Les fibres se contractent en réaction et elles réduisent la taille de la verge. Celle-ci se rétracte alors de façon plus ou moins importante."

Conclusion, si un homme veut donc se montrer sous son meilleur jour, autant éviter ces écueils de température et de stress...