1. / Se soigner
  2. / Affaires, justice

La justice néerlandaise confirme l'extradition du ''dentiste de l'horreur''

Mark van Nierop, surnommé le "dentiste de l'horreur", sera bientôt extradé vers la France a annoncé ce mardi la justice néerlandaise. Soupçonné d'avoir mutilé des dizaines de patients alors qu'il exerçait dans une commune de la Nièvre, le dentiste avait contesté son extradition en référé.

Rédigé le

La justice néerlandaise confirme l'extradition du ''dentiste de l'horreur''
La justice néerlandaise confirme l'extradition du ''dentiste de l'horreur''

La justice néerlandaise a confirmé mardi l'extradition vers la France du "dentiste de l'horreur", un Néerlandais soupçonné d'avoir mutilé des dizaines de patients quand il exerçait en France.

Après une première décision du tribunal d'Amsterdam en novembre, Mark van Nierop, 50 ans, avait contesté son extradition en référé, assurant qu'il ne pourrait recevoir en France les mêmes soins psychiatriques qu'aux Pays-Bas. La demande d'empêcher l'extradition "est refusée", a indiqué le juge dans sa décision publiée sur Internet.

Le "dentiste de l'horreur" est soupçonné de maltraitances, escroquerie et fraude. Recruté par un chasseur de tête néerlandais, Mark van Nierop s'était installé en novembre 2008 à Château-Chinon, dans la Nièvre (centre), la région étant un "désert médical". Certains de ses 2.800 patients ont souffert, après ses soins, de troubles allant "d'un début de septicémie à l'infarctus, en passant par toutes sortes de problèmes dentaires", selon le collectif de victimes. Les médias néerlandais ont également fait état de dents saines arrachées sans raisons valables ou de facturations abusives.

L'homme s'opposait à son extradition, assurant souffrir de "problèmes psychologiques" dont des "problématiques d'identité sexuelle et tendances suicidaires" nécessitant un traitement particulier disponible, selon lui, uniquement aux Pays-Bas. Une place assurée dans une institution psychiatrique avait été posée par le juge d'Amsterdam comme condition à l'extradition, ce que le juge d'instruction français a garanti.

VOIR AUSSI